Polémique: Larcher de Brito n'entend pas baisser le volume
Actualisé

PolémiqueLarcher de Brito n'entend pas baisser le volume

La jeune Portugaise Michelle Larcher de Brito continuera à accompagner ses coups de cris perçants, quel que soit le lieu. Temple du tennis sur gazon ou pas...

«J'ai commencé à grogner il y a tellement longtemps... Je ne sais pas quand ça a débuté», a déclaré la jeune fille de 16 ans après avoir évincé lundi au premier tour de Wimbledon Klara Zakapalova 6-2, 7-5. «Je l'ai toujours fait et je vais continuer à le faire. Cela fait partie de mon jeu, je ne vais pas la changer (cette habitude)». La vénérable institution du All England Club n'a su faire mettre un bémol au phénomène.

Lors du troisième tour des Internationaux de France le mois dernier, la Française Aravane Rezaï avait dénoncé les feulements de Larcher de Brito, jugeant qu'ils servent surtout à tenter de déstabiliser l'adversaire. Larcher de Brito n'a cure de cette polémique laissant entendre qu'il s'agit d'une tactique destinée à déconcentrer l'adversaire. Lundi, la jeune fille n'a pas atteint des sommets dans l'aigu. Elle a expliqué que la tonalité est déterminée par l'intensité du match.

La 91e joueuse mondiale est issue de l'académie de tennis Nick Bollettieri en Floride où elle a fait ses gammes depuis l'âge de neuf ans, avec comme modèle Monica Seles, l'ex-numéro 1 mondiale à la glotte aussi puissante que ses revers à deux mains. «Je me suis entraînée quelques fois avec elle», a révélé Larcher de Brito. «Quand nous nous affrontions, c'était un vrai concert».

Bollettieri pense que dans un jour prochain sa protégée va devoir inévitablement la mettre en sourdine. Il a expliqué qu'elle est perturbée par le brouhaha causé par la polémique sur ses cris à Roland-Garros. «Ce n'est pas facile pour elle», témoignait lundi Bollettieri avant son match du premier tour. «Hier elle m'a dit «tu sais Nick, peut-être devraient-ils mettre des iPods pour les matches». Mais c'était juste une plaisanterie».

Tracy Austin, ex-double vainqueur de l'US Open pense qu'il sera difficile pour Larcher de Brito de stopper cette habitude. «Je ne crois pas qu'elle le fasse pour intimider ses adversaires», estime Austin. «Mais elle le fait depuis tellement longtemps qu'elle aura du mal à arrêter». Un autre prodige du tennis, la Britannique de 15 ans Laura Robson, ne crie pas quand elle joue mais s'exprime sur le sujet. «C'est un son déplaisant, n'est-ce pas ?», dit-elle «C'est à chacun de décider et de savoir si ça peut aider. Mais je ne crois pas qu'il soit d'un grand secours d'envoyer 110 décibels».

Larcher de Brito n'a cure des commentaires déplaisants à son égard. «J'ai grandi avec deux frères plus âgés qui m'ont quelque peu bousculée, et je n'aime pas être bousculée», témoigne-t-elle. «J'aime m'affirmer. J'aime être forte parce que je le suis. C'est ma mentalité, être dure, être courageuse et me battre pour mes croyances».

(ap)

Ton opinion