Climat: L’Arctique n’a jamais eu aussi chaud depuis 7500 ans

Publié

ClimatL’Arctique n’a jamais eu aussi chaud depuis 7500 ans

Une étude russo-suisse, à laquelle a participé l’Université de Genève, montre la vitesse et l'ampleur du réchauffement climatique. 

par
David Ramseyer
1 / 3
Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques ont prélevé plus de 3500 troncs d'arbres congelés dans le sol.

Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques ont prélevé plus de 3500 troncs d'arbres congelés dans le sol.

Patrick Fonti
Les cernes (ndlr: les cercles à l’intérieur du tronc) représentent chacun une année de vie de l’arbre. Leur largeur permet de déterminer la température moyenne pour chaque année. 

Les cernes (ndlr: les cercles à l’intérieur du tronc) représentent chacun une année de vie de l’arbre. Leur largeur permet de déterminer la température moyenne pour chaque année. 

Patrick Fonti
La péninsule de Yamal, au nord de la Russie, offre d'excellentes conditions pour la recherche en dendrochronologie. Préservés par les sédiments des cours d'eau et le pergélisol, les troncs peuvent rester intacts pendant des millénaires. 

La péninsule de Yamal, au nord de la Russie, offre d'excellentes conditions pour la recherche en dendrochronologie. Préservés par les sédiments des cours d'eau et le pergélisol, les troncs peuvent rester intacts pendant des millénaires. 

Patrick Fonti

Après quarante années de recherches et une vingtaine d’expéditions au nord de la Russie, le résultat est sans appel, selon les chercheurs. Jamais il n’a fait aussi chaud au-delà du cercle arctique depuis 7500 ans. C’est ce qu’a révélé une étude russe à laquelle ont participé l’Université de Genève (Unige) et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont récolté et analysé plus de 3500 troncs d’arbres congelés dans les sols de la péninsule de Yamal, en Sibérie occidentale (cf. encadré).

«Cette dernière décennie a été la plus chaude sur plus de sept millénaires en Arctique. Mais en réalité, la hausse est constante depuis plus d’un siècle», indique le professeur Markus Stoffel, l’un des chercheurs de l’alma mater genevoise. Les analyses confirment par ailleurs l’accélération du réchauffement climatique: «La vitesse et l’ampleur du phénomène sont sans commune mesure avec ce qui a pu être observé pour les périodes précédentes.» Le professeur de l’Unige conclut que «les températures relevées depuis 2013 n’auraient pas été possibles avant, sans l’influence de l’Homme».

Un arbre thermomètre

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont étudié les cernes de plus de 3500 arbres congelés dans les sols de l’Arctique russe. Ces anneaux concentriques à l’intérieur du tronc équivalent chacun à une année du développement de l’arbre. «On mesure la largeur des cernes. Plus ils sont larges, plus cela signifie qu’il a fait chaud cette année-là; et plus ils sont fins, plus il a fait froid», résume le prof. Markus Stoffel. Les plus anciens spécimens étudiés remontent à l’an 5618 av. J.-C.

Ton opinion

148 commentaires