Prix de l’énergie – Baisser les chauffages pour alléger la facture, l’Asloca lance le débat

Publié

Prix de l’énergieBaisser les chauffages pour alléger la facture, l’Asloca lance le débat

L’Asloca réagit à la hausse des prix du mazout et du gaz et veut faire pression pour la mise en place d’une allocation. Elle demande une campagne visant à faire baisser la consommation.

par
Julien Baumann
Le prix n’est pas le seul facteur, la consommation joue encore un plus grand rôle.

Le prix n’est pas le seul facteur, la consommation joue encore un plus grand rôle.

20min/Simon Glauser

«On peut vivre avec des températures plus basses, mais pas en dessous du confort.» Le président de l’Asloca et conseiller aux États Carlo Sommaruga (PS/GE) affirme qu’une des solutions, à moyen terme, pour alléger la facture des locataires helvétiques face à la hausse des prix des carburants fossiles liée à la guerre en Ukraine est d’agir sur la consommation. L’association suisse de défense des locataires a publié jeudi une série de propositions pour lutter contre «la précarité énergétique», selon les termes de l’élu genevois.

Une des solutions proposées est de réduire de 2 degrés la température dans les appartements, ce qui représenterait une économie d’énergie de 12%, selon les calculs publiés par l’Asloca. Comment y parvenir dans la pratique? Carlo Sommaruga précise qu’il ne s’agit pas de plomber tous les radiateurs de Suisse du jour au lendemain, mais plutôt de donner l’impulsion à une campagne de sensibilisation menée par les autorités au niveau national pour changer les comportements.

Les locataires, les bailleurs et tous les acteurs concernés doivent se concerter pour aborder la question, assure le conseiller aux États. «Il faut éviter que cela se fasse de manière abrupte, sans que les locataires ne soient informés.» Il ne s’agit donc pas de répéter l’expérience de la Ville de Genève, qui avait baissé la température de ses logements sans prévenir leurs habitants.

Le plus urgent: une allocation

L’Asloca s’inquiète de la hausse des charges dès cet été, la période de décompte annuel étant généralement calculée de juin à juillet de l’année suivante. Selon une estimation de l’association, dans le pire des cas et avec un doublement du prix du mazout, la facture de chauffage pourrait bondir de 1200 francs dans «un appartement de quatre pièces dans un immeuble mal isolé».

Pour Carlo Sommaruga, l’enjeu est «d’éviter que des personnes ne se retrouvent sans logement». Raison pour laquelle l’Asloca veut lancer rapidement le débat sur une allocation énergétique allant de 200 à 400 francs en faveur des bas revenus pour compenser la hausse des coûts. De plus, pour réduire l’indépendance de la Suisse aux exportations de gaz et de pétrole, l’association invite également les propriétaires à changer «rapidement» les systèmes de chauffage pour des énergies renouvelables et la Confédération et les cantons doivent soutenir ce changement par des subventions.

Les revendications de l’Asloca devraient bientôt s’inscrire dans les pages de l’agenda politique à Berne. Carlo Sommaruga compte sur la prochaine session des Chambres, en juin, pour que lui et ses alliés dégainent les interventions parlementaires à ce sujet. L’élu espère que la campagne de sensibilisation visant à réduire la consommation énergétique des ménages puisse être lancée déjà l’hiver prochain.

«Les gens sont conscients»

Ton opinion

159 commentaires