Football - L’Athletic Bilbao rejoint le Real en finale de la Supercoupe d’Espagne
Publié

FootballL’Athletic Bilbao rejoint le Real en finale de la Supercoupe d’Espagne

À Riyad, les Basques ont battu l’Atlético Madrid et joueront dimanche pour tenter de conserver leur titre.

La joie des joueurs de Bilbao après le deuxième but.

La joie des joueurs de Bilbao après le deuxième but.

AFP

L’Athletic Bilbao, sacré l’an dernier, a surclassé l’Atlético Madrid 2-1 jeudi et rejoint le Real Madrid, vainqueur du FC Barcelone 3-2 après prolongation mercredi, en finale de la Supercoupe d’Espagne, dimanche à Riyad (Arabie saoudite).

Les Basques ont encaissé le premier but, sur une tête de Joao Felix qui a heurté le pied du poteau droit et le dos d’Unai Simon avant d’entrer dans la cage (62e), mais ont fait basculer le match en quatre minutes, avec une tête de Yeray Alvarez (77e) et une reprise du jeune Nico Williams (81e) en fin de match.

Au lendemain du palpitant clasico de mercredi dans le désert saoudien, la deuxième demi-finale de la Supercoupe n’a pas déçu et écrit une fois encore un scénario fou.

L’Atlético Madrid, champion d’Espagne en titre, et l’Athletic Bilbao, vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en janvier 2021 à Séville face au Barça (3-2 a. p.) et finaliste de la Coupe du Roi aussi face aux Catalans (4-0), se sont neutralisés pendant plus d’une heure… et la rencontre s’est désamorcée dans le dernier quart d’heure.

Histoire de corners

Joao Felix, aligné d’entrée par Diego Simeone aux côtés d’Angel Correa (préféré à Luis Suarez, notamment), a ouvert la marque d’un but chanceux: à la retombée d’un corner de Thomas Lemar, la tête du prodige portugais s’est frayé un chemin pour pénétrer dans le but basque, après une mésentente entre Yeray Alvares et le gardien de la Roja Unai Simon.

Mais le défenseur basque s’est rattrapé quelques minutes plus tard: deux minutes après le premier but, à la 64e, Yeray, de la tête, a obligé Jan Oblak à sortir une parade de grande classe sur sa ligne. Et à la 77e, toujours sur un corner de son capitaine Iker Muniain, Yeray a réglé la mire: il s’est imposé dans les airs entre Renan Lodi et le capitaine rojiblanco Koke, et est parvenu à tromper Oblak.

Ce sont décidément les coups de pied arrêtés qui ont tranché le sort de cette deuxième demi-finale. Trois minutes après l’égalisation basque, Nico Williams a encore alerté Oblak, après avoir été trouvé dans la surface par son frère Iñaki. Et une minute plus tard, à la 81e, la jeune pépite basque (19 ans) est elle aussi parvenue à battre le portier slovène, en glissant une reprise à ras de terre et petit filet, à la suite d’un corner repoussé.

C’est donc le tenant du titre qui aura le droit de défendre sa couronne face au Real Madrid, dimanche à 19 heures 30 à Riyad. Et qui inflige au passage un coup de frein supplémentaire dans la saison de l’Atlético.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires