Canton de Neuchâtel: L’attitude de deux élues a agacé les manifestants du secteur social

Publié

Canton de NeuchâtelL’attitude de deux élues a agacé les manifestants du secteur social

Les travailleurs sociaux neuchâtelois ont été snobés par les conseillères d’État Florence Nater et Crystel Graf, mercredi, dans la cour du château. 

par
Marc Fragnière
1 / 4
Florence Nater et Crystelle Graf n’ont pas fait long dans la cour du château, mercredi.

Florence Nater et Crystelle Graf n’ont pas fait long dans la cour du château, mercredi.

MFR
Environ 300 manifestants s’étaient réunis dans la cour du château.

Environ 300 manifestants s’étaient réunis dans la cour du château.

MFR
La foule a fait part de son mécontentement aux autorités.

La foule a fait part de son mécontentement aux autorités.

MFR

A l’appel de divers syndicats et des institutions qui les emploient, 300 employés du secteur social neuchâtelois ont fait entendre leurs revendications aux autorités, mercredi dans le chef-lieu. En marge d’une rencontre entre leurs représentants et ceux du Gouvernement, les travailleurs sociaux souhaitaient clore leur manifestation par la remise d’une pétition signée par 85% des près de 2000 employés de la branche. Lassées d’attendre la fin des discours qui leur étaient adressés, Florence Nater et Crystel Graf ont quitté la cour du château sans accuser réception de la pétition, suscitant colère et incompréhension dans le camp des manifestants.

Brocardées par la foule à leur arrivée, les élues ont semblé agacées par la longueur du premier discours prononcé par une éducatrice pas vraiment rompue à l’exercice. Elles ont carrément tourné les talons lorsqu’une syndicaliste a annoncé la prise de micro par un deuxième orateur. De quoi estomaquer une grande partie de l’assistance regrettant un manque de respect. «Nous dénonçons le mépris des autorités cantonales
pour le personnel qui lui n’hésite pas à donner de son temps pour combler le manque d’effectif», ont fustigé les organisateurs de la manif, dans un communiqué diffusé mercredi soir.

Alors que le secteur santé neuchâtelois prépare également une mobilisation le 6 décembre et que les travailleurs sociaux sont appelés à se joindre à leurs compagnons d’infortune du parapublic, il n’est pas certain que la féérie de la Saint-Nicolas envoûte la cour du château. L’ambiance promet d’être pesante à cette occasion, d’autant plus que représentants du secteur social et autorités n’ont pas trouvé de compromis, lors de leur séance de ce mercredi. 

Les travailleurs sociaux se sentent abandonnés

En septembre dernier, l’État neuchâtelois avait annoncé qu’il ne prendra pas en compte les surcoûts dans les prochains budgets des institutions régies par la convention collective ES, dont il est le partenaire. Des dépenses pourtant jugées indispensables par les institutions pour assurer leur bon fonctionnement. La grande majorité des collaborateurs sociaux s’attendent à aucune revalorisation salariale en 2023 malgré la conjoncture. Actuellement, ces employés du parapublic touchent en moyenne 15% de salaire en moins que les fonctionnaires neuchâtelois.

Ton opinion

24 commentaires