Lausanne: Lausanne a fait retirer ses écopoints en catimini
Actualisé

LausanneLausanne a fait retirer ses écopoints en catimini

Pionnière en 2006, la capitale vaudoise a enlevé ses boîtes de tri, qui étaient mal utilisées. Colère de leurs créateurs.

par
Joël Burri

«Nous nous sommes rendu compte que les écopoints étaient surtout utilisés comme déchetterie par les habitants et commerces du quartier», explique Fadi Kadri, chef du Service d'assainissement. Résultat: ils étaient tout le temps pleins et devaient être vidés quotidiennement, ce qui n'était pas rentable.

A Bel-air comme à Ouchy, ces grosses boîtes qui permettent de collecter divers types de déchets ont été retirées. Leurs créateurs ne décolèrent pas. «La Ville ne nous a pas prévenus, fulmine Laurent Thurner, fondateur de Summit Foundation. Nous aurions pu chercher d'autres solutions pour permettre aux passants de trier leurs déchets plutôt que de favoriser le tout incinérable.» Et de lancer avec cynisme: «A croire que certains ont peur de ne pas avoir assez de déchets pour Tridel!»

Alors que Lausanne dresse un constat d'échec, d'autres villes vaudoises s'intéressent au concept. Yverdon souhaite s'offrir deux écopoints, et un équivalent nyonnais vient de voir le jour. Rebaptisé Micro-point, cette boîte de tri sera déplacée régulièrement et devrait rappeler aux habitants l'importance du tri des déchets.

Les Lausannois devront, eux, se rendre dans les déchetteries de la ville. «Nous avons aussi mis en place au début de l'année un système de collecte mobile. Les habitant qui ne peuvent se déplacer jusqu'à l'une de nos installations fixes pourront en profiter tous les trois mois dans leur quartier», assure Fadi Kadri.

Ton opinion