23.10.2019 à 16:35

AlimentationLausanne est-elle menacée par la malbouffe?

Une pétition de 3200 signatures veut limiter les chaînes de restauration rapide dans la capitale vaudoise. GastroLausanne lui oppose la liberté économique.

de
lvb
Keystone

La malbouffe menace-telle d'avaler Lausanne tout cru, et au-delà sa jeunesse? C'est ce que pensent les 3200 signataires d'une pétition remise à la présidente du Conseil communal au début du mois, comme le relate «24 heures». Le texte dénonce une monoculture culinaire qui s'inscrit «au détriment de la santé publique, du bien-être alimentaire, de l'écologie, de la convivialité et des conditions de travail».

Lancé à l'annonce de l'ouverture du plus grand KFC de Suisse dans le quartier du Flon, puis motivé par celle, prévue en décembre, d'un Five Guys à Saint-François, le texte demande aux autorités communales d'empêcher le développement des chaînes de restauration rapide sur le territoire.

L'association GastroLausanne, qui fédère les cafetiers-restaurateurs de la capitale vaudoise et des communes alentour, avance l'argument économique : «Ce ne sont ni nos principes ni nos valeurs de supprimer le droit d'entreprendre et la liberté de choix culinaire personnel», déclare Susan Sax, présidente de GastroLausanne, par ailleurs vice-présidente du PLR Lausanne. «Une chaîne comme KFC permet d'occuper un local qui serait probablement resté encore longtemps vide et offre à de nombreux étudiants un job qui leur permet de financer leurs études», reprend l'association.

Jannick Grin, diététicienne et comportementaliste alimentaire à Pully, rappelle toutefois «qu'un hamburger n'est pas forcément de la malbouffe. Maintenant, si vous y ajoutez de nombreux étages, de la mayonnaise, des sauces et des tranches de fromage fondu, ce n'est plus la même chose.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!