Vaud: Lausanne prête à entamer sa grande mue urbaine
Publié

VaudLausanne prête à entamer sa grande mue urbaine

La responsable politique des Finances et de la Mobilité a présenté jeudi un programme de petites révolutions dans les espaces publics.

par
Frédéric Nejad Toulami
À l’image de la future av. du Théâtre, place aux vélos, aux terrasses et à la végétalisation.

À l’image de la future av. du Théâtre, place aux vélos, aux terrasses et à la végétalisation.

Gehl Architects

Priorité aux piétons, aux cyclistes, aux terrasses, à la végétalisation et aux points de vue à valoriser. Membre de l’Exécutif de Lausanne, la socialiste Florence Germond a présenté jeudi les grandes mutations à venir ces dix prochaines années dans l’espace public, afin de le rendre «plus convivial et chaleureux» pour celles et ceux qui l’utilisent principalement. Et tant pis pour les voitures, du moins au centre-ville. Quant aux scootéristes et motards, ils devront également changer leurs habitudes. «Il s’agit aussi de faire face aux défis climatiques et de combattre, par exemple, les îlots de chaleur», déclare-t-elle.

Un exemple livré jeudi: «Est-ce qu’un banc en béton, glacé en hiver et trop chaud en été, est adapté aux attentes du public?» se demande l’élue. À ceux qui lui reprochent de faire fuir les automobilistes de l’hypercentre (lire ci-dessus), Florence Germond répond qu’il est «plus intéressant pour les commerçants d’avoir un piéton qui vient trois fois par semaine faire des achats qu’un conducteur seulement une fois».

Le bureau d’architectes danois Gehl, «connu pour son expertise mondiale», avait été mandaté pour dresser un diagnostic à Lausanne. Des démarches participatives auprès des habitants dans ces divers futurs changements urbains sont aussi promises, ainsi que des enquêtes de satisfaction.

«Politique antivoitures primaire» selon le PLR

«Enfin!» s’exclame Philippe Miauton. Président du PLR local, il estime que Florence Germond avait jusqu’à maintenant proposé «du mobilier urbain douteux, sorte de bricolage». Il dit se réjouir que la population soit consultée, et rappelle que le PLR n’est pas opposé à un centre-ville piéton mais regrette «cette vision antivoitures primaire qui risque de nuire à l’économie locale». Vice-président des Verts, Benjamin Rudaz estime que ça va «dans le bon sens après trop d’inertie jusqu’à présent». Il critique toutefois des «retenues sur une réelle végétalisation» en ville: «On devrait enlever du béton pour mieux planter, par exemple des arbres qui ont besoin de terre et de profondeur.»

Ton opinion