Coronavirus: Lausanne suit les traces de Covid-19 dans ses eaux usées

Publié

CoronavirusLausanne suit les traces de Covid-19 dans ses eaux usées

La présence du Covid-19 est détectable dans les selles de certaines personnes contaminées. Le virus se retrouve ainsi dans le système d’égouts via les toilettes.

Les données sur la présence de coronavirus sont prélevées et actualisées en entrée de station d’épuration en moyenne trois fois par semaine.

Les données sur la présence de coronavirus sont prélevées et actualisées en entrée de station d’épuration en moyenne trois fois par semaine.

KEYSTONE

La Ville de Lausanne bénéfice de nouvelles données pour surveiller la pandémie de Covid-19. Elle peut suivre, presque en temps réel, les concentrations du virus dans ses eaux usées.

Une équipe de l’EPFL et l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies de l’eau (Eawag) mènent depuis plusieurs mois des recherches sur la présence du coronavirus dans les eaux usées. Les données lausannoises, issues de la step de Vidy, sont désormais publiquement disponibles sur internet, comme cela se fait aussi à Zurich.

Les données sont prélevées et actualisées en entrée de station d’épuration en moyenne trois fois par semaine, indique jeudi la capitale vaudoise. «Elles permettront à terme aux autorités compétentes d’adapter leurs stratégies en fonction de l’évolution de la pandémie et en cas de réémergence», souligne le communiqué.

La présence du Covid-19 est détectable dans les selles de certaines personnes contaminées, y compris celles asymptomatiques. Le virus se retrouve ainsi dans le système d’égouts via les toilettes.

Ces recherches dans les stations d’épuration sont menées dans plusieurs autres pays. Il a par exemple été établi que des traces du virus étaient apparues dans les eaux usées de Milan et Turin, deux mois avant que le premier cas d’infection n’ait officiellement été signalé dans le Nord de l’Italie.

Eau potable traitée

La Ville de Lausanne précise que la technique utilisée «détecte et quantifie des fragments du génome du virus et non le virus complet.» Elle ajoute qu’il n’existe actuellement aucune preuve que les eaux usées représentent «une source significative d’infection au coronavirus.»

L’eau potable fournie aux habitants est, elle, traitée contre les virus et fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent par le Service de l’eau de la Ville de Lausanne. «Elle peut donc être consommée en toute confiance», conclut le communiqué.

(ATS/NXP)

Ton opinion