Cinéma à volonté: Lausanne teste l'accès illimité aux salles obscures

Actualisé

Cinéma à volontéLausanne teste l'accès illimité aux salles obscures

Pathé lance un abonnement annuel à 420 fr. L'offre pourrait être étendue à la Suisse.

par
Carole Pantet

Se glisser à volonté dans les cinémas sans prendre de billet et sans faire la file, tout comme on saute dans un train avec un abonnement général. Ce sera possible dans les salles Pathé de Lausanne.

Dès le 15 octobre, le groupe a décidé de tester dans la capitale vaudoise, en primeur suisse, un abonnement qui pourrait s'étendre dans un an aux 70 écrans du groupe. Pour 420 fr. par an (ou 35 fr. par mois pendant au moins 12 mois), les cinéphiles accéderont librement aux salles du Flon et des Galeries.

«Nous ignorons comment le public va réagir», admet Brian Jones, directeur de Pathé Suisse. Il estime que si 500 abonnements sont contractés d'ici à fin décembre, l'expérience sera concluante.

Les salles lausannoises s'apprêtent aussi à vivre une révolution numérique. «Un nouveau projecteur sera livré la semaine prochaine», annonce Teodor Teodorescu, directeur de Pathé Lausanne. Grâce à lui l'opéra «Salome», de Richard Strauss, sera retransmis en direct de New York dans l'une des salles du Flon, le 11 octobre. Le cinéma 3D est annoncé pour 2009.

Ce n'est pas la première fois que Pathé utilise Lausanne comme ville test. Il y a un an, une offre de projections à midi avait été lancée. «Nous l'avons abandonnée, car elle n'attirait qu'un petit public d'habitués», regrette Teodor Teodorescu.

«Un demi-tarif suisse»

L’initiative du groupe Pathé permettant de fréquenter les cinémas à volonté est saluée par Nicolas Bideau. Le chef de la section cinéma de l’Office fédéral de la culture révèle qu’il songe aussi lancer un abonnement demi-tarif valable dans toute la Suisse. «Nous en discutons avec la branche depuis plusieurs mois, souligne-t-il. Nous pensons que cela pourrait peut-être doper la fréquentation des cinémas.» Le projet demeure encore au stade de l’étude et du développement.

Ton opinion