Actualisé 19.01.2011 à 16:29

Dette lausannoise

«Lausanne va vers une stabilisation»

La dette lausannoise de 2,3 milliards de francs s'est stabilisée. Elle devrait diminuer systématiquement d'ici 5 à 10 ans, a déclaré Daniel Brélaz.

Daniel Brélaz: «Il faut finir les équipements en cours».

Daniel Brélaz: «Il faut finir les équipements en cours».

Devant la presse, Daniel Brélaz a tiré mercredi une sorte de bilan avant la fin de la législature. Lausanne «va vers la stabilisation de la dette, voire mieux». Il a souligné à de multiples reprises que le résultat serait encore nettement meilleur s'il n'avait pas dû assainir la caisse de pension (CPCL).

Rejetant toute critique sur cette manière de raisonner avec des si, le syndic a affirmé qu'il fallait se baser sur des législatures ordinaires et sortir de l'examen les événements extraordinaires comme la CPCL (144 millions). La dette brute a même diminué de 25 millions de francs en 2010, ce qui correspond à 1,1% de la dette globale.

De 2007 à 2010, la ville a investi plus de 600 millions de francs bruts et attiré quelque 6500 habitants supplémentaires. Ce 5% de nouveaux Lausannois est un chiffre «exceptionnel». La population a dépassé en 2008 son niveau d'il y a 30 ans pour la première fois.

Modernisation de la ville prioritaire

Interrogé sur sa volonté politique de diminuer la dette, Daniel Brélaz a clairement indiqué que l'achèvement de la modernisation de la ville était prioritaire. «Il faut finir les équipements en cours» et ensuite une lente diminution de la dette sera à l'ordre du jour.

Sous réserve d'»une possible augmentation momentanée de la dette» à cause du troisième et dernier assainissement de la CPCL, l'endettement devrait baisser «systématiquement un peu d'ici 5 à 10 ans», a affirmé le syndic. La ville n'a «vraiment pas jeté l'argent par les fenêtres», a-t-il ajouté en concédant que l'on pouvait discuter de la politique d'engagement du personnel. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!