Angleterre – L’auteur de l’attentat de Liverpool avait l’intention de tuer

Publié

AngleterreL’auteur de l’attentat de Liverpool avait l’intention de tuer

La justice britannique a rendu ses conclusions au sujet de l’explosion d’un taxi en novembre dans le nord de l’Angleterre.

L’attentat s’est déroulé le 17 novembre dernier devant un hôpital pour femmes.

L’attentat s’est déroulé le 17 novembre dernier devant un hôpital pour femmes.

AFP

L’auteur de l’explosion d’un taxi en novembre à Liverpool, dans le nord de l’Angleterre, avait l’intention de tuer, a conclu jeudi la justice britannique. La bombe d’Emad Al Swealmeen, 32 ans, d’origine irakienne, a explosé le 14 novembre alors qu’il se trouvait comme passager dans le taxi devant un hôpital pour femmes, au moment des commémorations des victimes des guerres.

Les forces de l’ordre considèrent qu’il s’agit d’un acte terroriste, qui a tué le suspect et blessé le chauffeur du taxi, même si aucun motif idéologique n’a été identifié. Emad Al Swealmeen «a assemblé l’engin explosif, conçu pour projeter des éclats, avec une intention meurtrière», a déclaré Andre Rebello le «coroner» chargé d’établir les circonstances de l’explosion, dans ses conclusions. «Il n’est pas clair si c’était son intention que l’engin explose à ce moment-là», a-t-il ajouté.

La police avait déjà précisé que la bombe artisanale, qui contenait des billes métalliques, aurait pu causer «d’importantes blessures ou la mort» si elle avait détoné dans d’autres circonstances. L’enquête avait révélé qu’Emad Al Swealmeen avait préparé son attaque «au moins» depuis avril dernier.

Son passé révélé en partie

La procédure menée par la justice a permis de lever le voile sur une partie du passé d’Emad Al Swealmeen, que les médias avaient décrit comme un demandeur d’asile ayant vu sa demande rejetée et converti au christianisme.

Selon le coroner, il était né à Bagdad et avait été emprisonné au Moyen-Orient pour une agression. Il était connu des forces de l’ordre à Liverpool pour possession d’une arme. Il était arrivé en 2014 au Royaume-Uni avec un passeport jordanien et un visa britannique.

«Après son arrivée, il a prétendu être d’origine syrienne et a demandé l’asile comme réfugié de ce pays», ce qui lui a été refusé, la dernière décision datant de novembre 2020, a expliqué M. Rebello.

Il a remis en doute la sincérité de sa conversion au christianisme, qui aurait pu servir à appuyer sa demande d’asile, précisant qu’un Coran et un matelas de prière lui appartenant avaient été trouvés lors des perquisitions.

Après cette attaque, le Royaume-Uni a relevé à «grave» le niveau de la menace terroriste sur le sol britannique, un mois après le meurtre, le 15 octobre, du député David Amess pendant une permanence parlementaire à une soixantaine de kilomètres de Londres.

(AFP)

Ton opinion

9 commentaires