Stratégie de «contamination différenciée»: L’«autre voie» face au Covid intrigue et inquiète
Publié

Stratégie de «contamination différenciée»L’«autre voie» face au Covid intrigue et inquiète

Les idées du professeur Pietro Vernazza résonnent dans sa profession et dans la population, mais inquiètent les autorités à cause de leurs possibles conséquences meurtrières.

Les idées du professeur Pietro Vernazza résonnent dans sa profession et dans la population, mais inquiètent les autorités à cause de leurs possibles conséquences meurtrières.

Keystone

Un infectiologue fait des vagues en proposant de réduire les mesures anticoronavirus pour les personnes en bonne santé. La Confédération réagit à cette idée qu’elle juge dangereuse.

par
rmf

Et s’il fallait laisser les jeunes en bonne santé s’exposer au virus afin de généraliser les anticorps, et n’imposer les drastiques mesures actuelles qu’aux personnes à risque? C’est en tout cas l’idée émise par Pietro Vernazza, infectiologue et médecin-chef à l’hôpital de Saint-Gall, dans une interview la semaine dernière dans la «SonntagsZeitung». Il estime que l’immunité collective est plus avancée qu’il n’y paraît, et que le taux de mortalité est plus faible qu’au début de la pandémie, vu le nombre de cas asymptomatiques passés sous les radars des statistiques.

Assez, selon le professeur, pour avancer une stratégie alternative à la voie contraignante et coûteuse du Conseil fédéral, non tenable sur la durée d’après lui. Plusieurs groupes représentant quelques centaines de médecins ont soutenu depuis l’idée d’une «contamination différenciée», qui consisterait à laisser le virus se répandre plus librement parmi les personnes qui ne présentent pas de risque afin de permettre à leur système immunitaire de se renforcer.

Une voie «dangereuse», voire «antidémocratique»

De quoi inquiéter fortement la task-force fédérale, qui juge cette théorie dangereuse et infondée. Les experts du Conseil fédéral rédigent actuellement une note pour mettre en garde à ce sujet, mais l’infectiologue bâlois Manuel Battegay a déjà pris la parole dans le dominical pour démonter la proposition, basée selon lui sur des hypothèses erronées ou non confirmées. «Il est faux de dire que cette voie ne serait pas risquée pour de nombreuses personnes. Une contagion ciblée devrait s’accompagner de mesures de protection si strictes qu’elles en seraient antidémocratiques.» La possibilité d’être immunisé au Covid-19 est par ailleurs encore incertaine, avance ce membre de la task-force.

Pour Pietro Vernazza, qui se dit prêt à accepter une mortalité plus élevée qu’aujourd’hui, l’idée vient surtout répondre à l’éventualité qu’aucune vaccination ne soit efficace et généralisable à court terme.

Ton opinion

294 commentaires