Coronavirus  – L’Autriche envisage de confiner les non vaccinés 
Publié

Coronavirus L’Autriche envisage de confiner les non vaccinés

Si la situation sanitaire continue de se dégrader dans le pays, des restrictions pourront être imposées aux personnes non vaccinées, prévient le chancelier Alexander Schallenberg.

«Une chose est claire : il n'y aura pas de confinement pour les personnes vaccinées», a précisé le chancelier Alexander Schallenberg.

«Une chose est claire : il n'y aura pas de confinement pour les personnes vaccinées», a précisé le chancelier Alexander Schallenberg.

AFP

Face à la hausse des cas de Covid-19, l’Autriche envisage une mesure choc si la situation continue de se dégrader: un confinement uniquement pour les personnes non vaccinées. Selon le quotidien autrichien Der Standard, le nouveau chancelier Alexander Schallenberg et des responsables régionaux sont parvenus à cette décision lors d’une vidéoconférence vendredi soir.

Plan en cinq étapes

«Nous sommes sur le point de verser dans une pandémie de personnes non vaccinées», a déclaré le chancelier Alexander Schallenberg (ÖVP) après la réunion. Si les services de réanimation en venaient à être occupés à 30% ou plus, les personnes non vaccinées devraient alors se mettre en quarantaine, ont annoncé les autorités autrichiennes. Actuellement, 11,2% des lits sont occupés en soins intensifs.

Cette mesure fait partie d’un plan en cinq étapes, déclenchées selon les taux d’occupation en urgences. Au niveau 3, avec un taux d’occupation de 20%, le test antigénique ne serait par exemple plus valable en Autriche. Au niveau 4 (25% d’occupation), les personnes non vaccinées ne pourront plus se rendre dans les restaurants, hôtels et autres manifestations culturelles et sportives. Le confinement des personnes non vaccinées serait lui déclenché à la phase 5. Les modalités d’une telle mesure doivent encore être étudiées par les experts.

Pas pour les vaccinés

«Une chose est claire : il n'y aura pas de confinement pour les personnes vaccinées», a précisé le chancelier Alexander Schallenberg. Le dirigeant autrichien ajoute qu’il «ne permettra pas que le système de santé soit surchargé parce qu'il y a encore trop d'hésitants et de procrastinateurs qui ne peuvent se résoudre au vaccin.»

(Newsdesk )

Ton opinion

137 commentaires