E-mobilité: L’avenir appartiendra-t-il aux camions électriques?

Publié

E-mobilitéL’avenir appartiendra-t-il aux camions électriques?

Designwerk est l’un des plus grands constructeurs de camions électriques. Son fondateur est convaincu que ces véhicules représentent le futur du transport poids lourds. Visite au sein d’une entreprise suisse innovante.

par
Jan Graber
Tobias Wülser, designer automobile de formation, a orienté son entreprise Designwerk vers l’électrification des poids lourds.

Tobias Wülser, designer automobile de formation, a orienté son entreprise Designwerk vers l’électrification des poids lourds.

Jan Graber

Avec leurs cabines ouvertes, les six tracteurs routiers de l’atelier ressemblent à des vaisseaux spatiaux extraterrestres qui se seraient échoués. Ce qui surprend également ici, c’est qu’aucune vapeur de diesel ne vient chatouiller les narines. Pas même une odeur d’huile ou d’essence dans l’air. Quant aux sols en béton, ils semblent immaculés, et non noirs et graisseux, comme dans de nombreux garages.

Comment cela se fait-il? Car l’entreprise Designwerk est le plus grand producteur de camions électriques de Suisse. C’est aussi la raison pour laquelle les cabines ouvertes ne laissent apparaître ni moteurs diesel, ni réservoirs et conduites de carburant. Seulement des installations électriques compliquées.

«Nous avons inventé et breveté nous-mêmes une partie de la technologie», explique Tobias Wülser, le fondateur de Designwerk. L’entreprise a six brevets, dont un pour l’installation des quatre packs de batteries de 1,3 tonne chacun. «Dix camions quittent nos ateliers chaque mois», explique-t-il.

Le tour du monde électrique en 80 jours

Tobias Wülser est un fan de mobilité électrique. Lorsqu’il évoque les camions électriques, ses yeux brillent. «Les plus gros pollueurs en CO2 dans le domaine des transports sont les camions-poubelles», poursuit-il. Ils consommeraient des centaines de litres de diesel aux 100 kilomètres. C’est précisément ce qui l’a incité, lui et son partenaire commercial Frank Loacker, à se consacrer à l’électrification des camions.

Lors de la création de Designwerk, il n’y avait toutefois pas de camion, tout étant parti d’un record du monde. Tobias Wülser et Frank Loacker ont en effet fait le tour du globe en 80 jours à bord d’un véhicule deux places à propulsion électrique. Le coût de l’énergie utilisée sur l’ensemble du voyage dans ce «Zerotracer»? Quatre cents francs. Après 700 heures passées dans cette «pilule roulante», les deux hommes avaient une certitude: l’avenir appartiendra à la mobilité électrique.

Retour à l’atelier. Alors que la propulsion des véhicules diesel se compose de plus de 20’000 pièces, le camion électrique n’en compte que 2000. En revanche, comme les batteries sont très lourdes, les camions sont des 42 tonnes, et non des 40 tonnes.

Deuxième record du monde avec plus de 1000 km

Lorsque Frank Wülser fait visiter le site, il montre du doigt un «superbomber», comme il l’appelle. Ce camion a parcouru plus de 140’000 km en un an. «Comme les camions électriques sont exonérés de la taxe poids lourds, ce véhicule a permis d’économiser 134’000 fr», note-t-il fièrement. Selon lui, il sera amorti en moins de cinq ans.

L’autonomie est le point fort de Designwerk. En 2021, un camion électrique a parcouru plus de 1000 km en 23 heures sans être rechargé, record mondial. L’entreprise vient d’ailleurs de présenter un camion avec une capacité de batterie de 1000 kilowattheures. Ce 42 tonnes, d’une longueur supplémentaire d’un mètre, doit pouvoir parcourir jusqu’à 640 km.

Coup d’œil à la mécanique: au lieu d’un moteur diesel, la cabine ouverte laisse entrevoir une propulsion électrique.

Coup d’œil à la mécanique: au lieu d’un moteur diesel, la cabine ouverte laisse entrevoir une propulsion électrique.

Jan Graber

Économiser des millions de tonnes de CO2

Designwerk a également conçu un «Mega Charger», qui prend la forme d’un conteneur de batteries. Il n’a pas encore été présenté officiellement, mais doit permettre de recharger les camions électriques en 45 minutes, ce qui leur offre une autonomie de 500 km, et cela sans surcharger le réseau électrique. «À mon avis, douze sites «Mega Charger» suffisent à assurer le transport électrique longue distance en Suisse», déclare Frank Wülser. Des millions de tonnes de CO2 pourraient ainsi être économisés grâce à l’électrification du trafic des poids lourds.

Il est donc convaincu que l’avenir appartient aux camions électriques. En revanche, il ne croit pas aux camions à hydrogène, car cette technologie implique des installations supplémentaires, des travaux de maintenance coûteux et une production d’énergie complexe.

L’incroyable parcours de Frank Wülser

Frank Wülser est un orateur passionné qui n’arrête pas de surprendre son monde. Son entreprise est aussi bien à l’origine du design du Microlino que de celui du véhicule postal DXP de Kyburz. Frank Wülser a fait un stage chez Audi, étudié le design automobile à la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW), travaillé pour l’écurie de Formule 1 Petronas et navigué six mois sur les mers du monde à bord du catamaran Planet Solar, où il était responsable de la communication. En 2008, il a fondé Designwerk et, en 2009, avant de faire le tour du monde dans le «Zerotracer», il a embarqué dans l’aventure son partenaire commercial, Frank Loacker. Depuis 2021, Designwerk fait partie du groupe Volvo.

À vos yeux, quelle est la forme d’énergie pour les camions qui a le plus de sens?

Ton opinion

7 commentaires