Le 1er Août met la police sur les dents

Actualisé

Le 1er Août met la police sur les dents

Le 1er août, les skinheads risquent de s'inviter au Grütli malgré les mesures de sécurité.

La commune schwytzoise de Brunnen est sur les dents, rapportait hier la SonntagsZeitung, qui a mené l'enquête. Selon le journal dominical, les forces de l'ordre redoutent que ce paisible village ne soit le théâtre de confrontations entre les skinheads et la police, ou entre extrémistes de gauche et de droite le jour de la fête nationale. Brunnen se situe en effet en dehors du périmètre de sécurité établi autour de la région du Grütli.

Les extrémistes ne seront pas les bienvenus sur la mythique prairie, où se déroulera la fête officielle. Pour y participer, il faut – depuis cette année – montrer patte blanche et demander une invitation. Selon le journal, le commandant de la police lucernoise s'attend à ce que les skinheads tentent de forcer le passage vers la fameuse colline.

Pour les en empêcher, les forces de l'ordre contrôleront l'accès au débarcadaire du bateau qui assurera le transport des invités sur le lac des Quatre-Cantons, ont-ils communiqué vendredi. Les accès terrestres seront fermés. Sur place, la police disposera de la liste des invités et interdira l'entrée aux suspects, même munis d'un billet.

Emmanuelle Robert

Ton opinion