Crise économique: Le 2e plan de relance de Berne divise les partis
Actualisé

Crise économiqueLe 2e plan de relance de Berne divise les partis

Pour le PS, les Verts et les syndicats, le paquet conjoncturel du Conseil fédéral est insuffisant. Le PDC, le PLR et les milieux économiques se disent globalement satisfaits, alors que l'UDC rejette ces mesures en bloc, leur préférant des baisses d'impôts.

Si le PS estime que le gouvernement est bien inspiré d'étoffer son programme de relance économique, il juge que les mesures présentées mercredi «sont encore largement insuffisantes». Surtout si on les compare aux efforts consentis par les gouvernements étrangers.

Le PS salue la prolongation de 12 à 18 mois des indemnités de chômage partiel, mais considère en revanche que les autres mesures «sont peu efficaces et relèvent du calcul d'épicier». Pour le PS, il faut absolument consentir à des investissements d'envergure pour enrayer la profonde récession qui s'annonce.

Les socialistes demandent davantage d'investissements dans les transports publics et de mesures incitatives dans les domaines de l'énergie et de l'environnement. Un avis partagé par les Verts, qui souhaitent même une modification de l'économie dans le sens d'un «Green New Deal».

Insuffisant pour les syndicats

L'Union syndicale suisse (USS) et Travail.Suisse jugent aussi le paquet insuffisant et demandent des mesures supplémentaires. L'USS souhaite par exemple des mesures destinées à renforcer le pouvoir d'achat des ménages, notamment en relevant la réduction des primes des caisses maladie et les allocations familiales.

S'agissant de la révision de l'imposition des familles, la centrale syndicale la taxe de «pur miroir aux alouettes, car seuls les hauts revenus en profiteront», une opinion que partage le PS.

Travail.Suisse invite le Parlement à aller plus loin que le Conseil fédéral en prenant des mesures supplémentaires en matière d'assainissement des bâtiments et d'énergies renouvelables. Le syndicat souhaite aussi un prolongement des indemnités de chômage de 420 à 500 jours.

PDC et PLR globalement satisfaits

Le PDC salue cette deuxième étape, qui va dans la bonne direction, et espère qu'elle sera suffisante. «Il faudra en tout cas en évaluer les effets avant d'envisager éventuellement une troisième étape», selon sa porte-parole Marianne Binder.

Pour le PLR, le gouvernement est intervenu là où il fallait, en restant modéré dans son intervention, estime son porte-parole Damien Cottier. Si on adopte des plans massifs tels que le souhaitent les syndicats, on débouche sur des projets inefficaces, qui vont ruiner les finances publiques et sont mauvais pour l'emploi à long terme.

Les libéraux-radicaux se réjouissent en particulier des mesures prises pour combattre la progression à froid, qui soulageront les contribuables.

Economiesuisse salue globalement les mesures de relance arrêtées mercredi. Elles doivent toutefois absolument rester dans le cadre du frein à l'endettement, estime la Fédération des entreprises suisses.

Rejet de l'UDC

L'UDC se démarque en rejetant complètement le paquet adopté par le gouvernement. Pour elle, il vaudrait mieux stimuler la consommation par des baisses d'impôts sensibles plutôt que d'alourdir encore le budget de l'Etat. Au vu du déficit enregistré en 2008, le Conseil fédéral doit immédiatement lancer un programme d'abandon de certaines tâches publiques.

L'Union des transports publics salue de son côté la décision de prévoir 252 millions de francs pour les transports publics, dont 150 millions pour les CFF et 102 millions pour les autres entreprises de transports. (ats)

Ton opinion