Genève – Le 30 km/h divise jusqu’au sommet de l’Etat

Publié

GenèveLe 30 km/h divise jusqu’au sommet de l’Etat

Le gouvernement genevois n’est pas unanime à soutenir les limitations de vitesse proposées pour lutter contre le bruit routier. 

A Genève, pour cause de bruit, le boulevard du Pont-d’Arve est limité à 30km/h.

A Genève, pour cause de bruit, le boulevard du Pont-d’Arve est limité à 30km/h.

© Steeve Iuncker-Gomez

Décidément, la décision de limiter l’hypercentre de Genève, les quartiers et la traversée de localités à 30 km/h ne fait, de loin,  pas l’unanimité, notamment au sein du Conseil d’Etat genevois. La mesure, présentée par le magistrat PDC -Le Centre, Serge Dal Busco, en janvier, n’aurait pas convaincu la PLR Nathalie Fontanet et le MCG Mauro Poggia, a révélé samedi la RTS. Ce dernier doute de l’efficacité de ces limitations et de la capacité de l’Etat à les faire respecter. 

L’opposition des deux magistrats est la dernière en date d’une série. Depuis l’annonce de la future limitation, le PLR, l’UDC et, maintenant, le MCG ont déposé des motions au Parlement afin de s’y opposer. Les libéraux radicaux veulent qu’une étude «complète et indépendante» soit menée, notamment en termes de conséquences pour les transports publics, privés, professionnels et d’urgence. Le parti agrarien, demande, lui, de différer la généralisation du 30 km/h  jusqu’à ce qu’il soit démontré que le revêtement phonoabsorbant n’a pas donné les résultats escomptés en matière de réduction des émissions sonores. Enfin, la motion du MCG veut donner au Grand Conseil le fin mot en termes de mobilité. Des décisions telles que les zones 30km/h, l’aménagement de nouvelles pistes cyclables ou la verbalisation des deux roues motorisés sur le domaine public, seraient soumises à l’approbation des députés.

A Lausanne, tout roule

(mpo)

Ton opinion

52 commentaires