Le bancomat pour enfants
Actualisé

Le bancomat pour enfants

La Banque Cantonale Lucernoise lance le bancomat pour récolter les économies des plus jeunes.

Les Borsellinos, c'est leur nom, reçoivent l'argent des plus petits. Les jeunes épargnants disposent comme les adultes d'une carte et d'un code PIN. L'automate les guide par la voix et l'image: «Bonjour, tu veux remettre ton argent, presse la touche X.» Les Borsellinos se déclinent en rouge et jaune et présentent un écran à hauteur d'enfant.

A l'écran s'affiche une mascotte, un personnage de dessin animé, le lion Luki, qui parle. Une dizaine de Borsellinos sont implantés dans différents endroits de la ville de Lucerne. Dix autres devraient suivre au printemps prochain. Pour la Banque cantonal lucernoise, ce succès s'explique par une interface amusante qui plaît aux enfants, parce que le lion parle. «Pour de nombreux enfants, le lion Luki existe réellement. Ils lui parlent et lui écrivent même des lettres», confie à la NZZ am Sonntag Roger Baumeler, responsable du projet.

L'automate est plus une sorte de tirelire électronique qu'un véritable bancomat. Il n'accepte que les dépôts de fonds, mais ne distribue aucun billet de banque. En revanche, il accepte même de la menue monnaie. Pour chaque dépôt, l'enfant reçoit un reçu sur lequel le montant déposé est indiqué.

Développé par la société G&O Cash Systems, à Lucerne, chaque Borsellino coûte entre 20 000 et 30 000 fr. Pour la banque cantonale, qui cherche à se rapprocher de la clientèle jeune, il constitue un moyen plus original que le traditionnel livret d'épargne d'entrer en contact avec les plus jeunes et de leur apprendre à devenir économe.

(gim)

Ton opinion