Actualisé 18.12.2013 à 13:00

Football-Espagne

Le Barça, le Real et cinq autres clubs sous enquête

La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une «enquête approfondie» sur sept clubs de football espagnols, soupçonnés d'avoir bénéficié d'aides d'Etat illégales.

Le FC Barcelone et les autres clubs visés par l'enquête ont-ils bénéficié de remise fiscale?

Le FC Barcelone et les autres clubs visés par l'enquête ont-ils bénéficié de remise fiscale?

La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une «enquête approfondie» à l'encontre de sept clubs espagnols, dont les prestigieux Real Madrid et FC Barcelone. Les organisations sont soupçonnées d'avoir bénéficié d'aides d'Etat illégales. «Les clubs de football professionnels doivent être bien gérés et ne pas faire appel au contribuable», a affirmé le commissaire chargé de la Concurrence, l'Espagnol Joaquin Almunia. «Les Etats membres et les pouvoirs publics doivent se conformer aux règles de l'UE relatives aux aides d'État dans ce secteur comme dans tous les secteurs économiques», a-t-il insisté.

Opérations immobilières

Outre le Real Madrid et le Barça, l'Athletic Bilbao, Osasuna, Valence, Hercules et Elche sont dans le collimateur de la Commission européenne. Bruxelles cherche à déterminer si le Real, Barcelone, Bilbao et Osasuna ont bénéficié indûment d'exonérations de charges sociales et de dettes fiscales. Bruxelles veut également vérifier la compatibilité des prêts accordés par la Communauté de Valence aux clubs de Valence, Hercules et Elche. La Commission veut également vérifier les opérations immobilières autour des terrains du Real Madrid.

Aides incompatibles

Dès lundi, le ministre espagnol des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia-Margallo avait fait part de sa préoccupation sur les conséquences de cette décision d'enquête approfondie. «De ce que je sais, il n'y a rien eu d'illégal (...) mais je m'inquiète du préjudice qui peut être causé aux clubs», avait-il dit à Bruxelles en marge d'une réunion avec ses homologues européens. «Le gouvernement entend défendre les clubs jusqu'au bout», avait-il insisté. Miguel Cardenal, le président du Conseil supérieur des sports espagnol a quant à lui rappelé mardi que «la fiscalité que supportent les clubs de football espagnols est beaucoup plus lourde et sensiblement plus importante que celle de ses homologues, par exemple allemands, anglais, français ou italiens». «Nous parlons d'établissements qui paient, dans certains cas, j'ai un chiffre récent, plus de 170 millions d'euros» par an, a-t-il dit. Si, au terme de son enquête, la Commission déclarait les aides incompatibles avec le droit de l'UE, elle pourrait en exiger le remboursement. Les clubs espagnols croulent déjà sous des dettes colossales. La Commission européenne a déjà ouvert des enquêtes à l'encontre de clubs britannique et néerlandais. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!