Actualisé

Le baril de brut clôture en baisse une semaine historique

Les cours du brut ont clôturé sur une perte de plus de deux dollars vendredi à New York une semaine marquée par deux séances historiques, qui les ont vus se hisser pour la première fois au dessus du seuil des 100 dollars, après une forte chute des stocks aux Etats-Unis.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en février a terminé la séance en baisse de 1,27 dollar à 97,91 dollars sur des prises de bénéfices, selon John Kilduff, analyste chez MF Global.

«Les mauvais chiffres de l'emploi aux Etats-Unis ont incité les intervenants à sécuriser leurs gains après les récents records», a précisé l'analyste.

Jeudi, une septième chute consécutive des stocks de brut américain de l'ordre de 4 millions de barils, contre 2,18 millions attendus, a poussé les cours à 100,09 dollars, un record absolu. La veille, le baril avait atteint les 100 dollars tout ronds.

Les inquiétudes sur une possible récession économique aux Etats- Unis, qui absorbent à eux seuls environ 15% de la production mondiale de brut, ont pesé sur la tendance de cette dernière séance de la semaine, a souligné Bart Melek (BMO Capital).

En décembre, le rythme des embauches est tombé au niveau le plus faible depuis août 2003 et le taux de chômage est monté à son plus haut depuis novembre 2005. Pour M. Kilduff, «c'est la preuve que la croissance s'est contractée». Or, «si l'économie américaine entre en récession, cela affecterait sans aucun doute la demande de produits pétroliers», conclut M. Melek.

Les intervenants sont aussi un peu revenu sur leur jugement initial sur l'état des stocks de produits distillés, qui comprennent le fioul de chauffage. Leurs reconstitutions a évacué - temporairement - les craintes des intervenants d'éventuelles pénuries d'énergie en plein hiver. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!