Actualisé

JO 2020Le basketteur Luka Doncic est la superstar de Tokyo

Le Slovène, qui a réussi 48 points dans la victoire contre l’Argentine, est aussi une attraction au sein du village olympique.

La popularité de Luka Doncic explose.

La popularité de Luka Doncic explose.

AFP

Il est encore loin d’avoir remporté l’or avec la Slovénie, mais après ses 48 points inscrits contre l’Argentine lundi lors du tournoi olympique de basket, le prodige Luka Doncic est d’ores et déjà une superstar aux Jeux de Tokyo où sa popularité explose.

Déjà incontournable sur la planète NBA, à seulement 22 ans, à force de gratifier les fans des Dallas Mavericks, et plus généralement de la balle orange, de gestes de magicien tous les soirs, Doncic a offert un récital exceptionnel face à des Argentins impuissants et battus (118-100) qui ont vu à quoi pouvait ressembler un Maradona du basket.

Un record olympique

Auteur également de 11 rebonds, 5 passes et 3 contres, «Luka Magic» a sorti de son chapeau une panoplie de tours de passe-passe: paniers de funambule en pénétration, shoots loin derrière l’arc, dribbles insaisissables, sourire d’ange tueur en prime pour la photo.

Le Slovène Luka Doncic a été crédité de 48 points contre l’Argentine.

Le Slovène Luka Doncic a été crédité de 48 points contre l’Argentine.

AFP

Il est aussi devenu le meilleur marqueur de l’histoire olympique dans une première période, avec 31 unités en... 16 minutes. Une démonstration dédicacée en mots fleuris slovènes à des membres de la délégation argentine placés en tribunes qui avaient eu la mauvaise idée de le chambrer et qu’on n’a plus du tout entendus par la suite.

En seconde période, non sans s’éviter une faute technique – son petit vilain défaut – qui illustre aussi l’extrême motivation qui l’anime à Tokyo, Doncic a ajouté sans forcer 17 points en 15 minutes.

‹‹Doncic nous a assassinés››

Sergio Hernandez, entraîneur de l’Argentine

«C’est tellement dur d’analyser une défaite quand un joueur domine autant que l’a fait Luka Doncic. Nous avions prévu un plan contre lui, en l’isolant du reste de l’équipe, qu’il a démonté immédiatement et il nous a assassinés en marquant 15 points en trois minutes», a reconnu après coup l’entraîneur argentin, Sergio Hernandez.

«Il nous a forcés à changer de stratégie, on a tout essayé, en vain. Je n’ai pas souvenir d’avoir vécu ça une fois dans ma vie. Je l’avais déjà dit il y a deux ans, je le maintiens: il est le meilleur joueur du monde», a-t-il ajouté, aussi dépité qu’admiratif.

A 7 points d’une marque historique

Avec 48 points marqués, Doncic a égalé la deuxième meilleure performance de l’histoire aux JO en la matière, puisque l’Australien Eddie Palubinskas en avait inscrit autant contre le Mexique à Montréal en 1976. Le record reste propriété du Brésilien Oscar Schmidt, auteur de 55 unités contre l’Espagne à Séoul en 1988.

Avec moins de quatre minutes à jouer, le «Mozart du basket» aurait pu le contester, mais il a choisi de ne pas poursuivre son récital, assurant: «Les records ne m’intéressent pas, seule la victoire m’importe».

«Cela montre qu’il vient faire quelque chose pour la Slovénie, pas pour lui-même. Et il est un exemple pour le reste de ses coéquipiers», a salué son entraîneur Alexsander Sekulic.

Certes. Mais l’engouement autour du phénomène est immense.

Depuis l’avènement de la «Dream Team» à Barcelone 1992, avec en ses rangs Michael Jordan et Magic Johnson, qui a fait exploser la popularité de la NBA dans le monde, les stars issues du championnat américain sont quasiment toutes passées par les JO, de Kobe Bryant à LeBron James, en passant par Dirk Nowitzki.

Tous ces joueurs ont suscité la fascination des autres sportifs croisés aux différents villages olympiques. Ce moment unique, Doncic est en train de le vivre et semble l’apprécier.

‹‹J’aime être une star des Jeux, ça fait du bien››

Luka Doncic, vedette de l’équipe slovène

«J’aime être une star des Jeux, ça fait du bien, si c’est ce que je suis bien sûr», a-t-il confié en souriant, expliquant qu’avec son équipe, ils peinent à se rendre à la cantine «en raison du nombre de personnes qui (les) arrêtent en chemin».

Luka Doncic.

Luka Doncic.

AFP

«Je me fais prendre beaucoup en photo, oui, mais il pourrait y en avoir plus», a plaisanté Doncic, avant d’ajouter: «Celui qui se fait photographier le plus, c’est Novak Djokovic», le No 1 mondial du tennis, voisin de bâtiment.

«Moi j’arrive derrière il me semble, mais ça me va très bien!», a-t-il conclu. Nul doute que si Doncic va au bout de ce qu’il ambitionne, il risque d’y avoir match.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire