Ligue des champions: Le Bayern affrontera Lyon en demi-finales
Actualisé

Ligue des championsLe Bayern affrontera Lyon en demi-finales

Le Bayern Munich est revenu de 3-0 à 3-2 pour éliminer Manchester United en quarts de finale de la Ligue des champions, mercredi à Old Trafford au match retour.

En seconde période, le Bayern a monopolisé le ballon et a fini par marquer le but salvateur.

En seconde période, le Bayern a monopolisé le ballon et a fini par marquer le but salvateur.

Il faut toujours se méfier du Bayern... Il semblait à la rue, baladé par ManU comme le Barça l'avait humilié l'an dernier en quarts (1-1/0-4), les «Red Devils» se dirigeaient vers une qualification tranquille, mais le match a changé d'âme entre les 43e et 49e minutes. Ivica Olic a réduit le score (43e) juste après le 3-0 (Nani, 41e), puis après la pause Rafael a été exclu pour une faute sur Franck Ribéry, synonyme de second carton jaune (49e).

En seconde période, le Bayern a monopolisé le ballon et a fini par marquer le but salvateur sur un coup de génie de ses deux meilleurs joueurs: un corner de Franck Ribéry qui a vu Arjen Robben à l'angle de la surface, la passe est précise, et la volée du gauche chirurgicale (76e).

Cette fois, le Bayern tient bien sa revanche de la finale 1999, où Manchester l'avait foudroyé de deux buts dans le temps additionnel. Il avait déjà éliminé ManU en quarts de la C1, en 2001, l'année de sa dernière victoire, mais cette fois le club bavarois y a ajouté un peu d'épopée, avec ce retour de l'enfer.

Tout avait pourtant merveilleusement commencé pour United. L'inimitable Alex Ferguson avait préparé un coup de bluff: Wayne Rooney, qu'il annonçait lui-même forfait la veille, était finalement sur la pelouse, et c'est lui qui a donné la passe décisive à Darron Gibson pour l'ouverture du score, dès la 3e minute. Hans-Jörg Butt, statique, s'est trop facilement laissé surprendre par cette frappe de Gibson, qui a marqué là son premier but européen.

Semaine de rêve pour le Bayern

Le deuxième but fut une oeuvre sud-américaine cosignée Antonio Valencia et Nani: un numéro de Valencia devant le pauvre Holger Badstuber, deux crochets-feintes de passe avant un troisième crochet et un centre pour Nani, qui marque du talon. Et peu avant la mi-temps, le même duo pensait avoir donné le coup de grâce.

Mais le Bayern est revenu, guidé par un excellent Robben, à l'origine du but d'Olic, et un bon Ribéry. En 8e de finale, Munich s'est qualifié avec exactement les mêmes scores contre la Fiorentina. Lyon est prévenu...

Les Munichois bouclent une semaine de rêve: entre leur deux matches contre les Red Devils ils ont frappé un grand coup en Bundesliga en allant s'imposer chez le leader Schalke 04 (2-1), samedi, qu'ils ont délogé de la première place.

Les huit derniers jours ont été cauchemardesques a contrario pour ManU, qui vient de subir son troisième échec en huit jours ! Dominé deux fois par le Bayern, le triple champion d'Angleterre a perdu la tête de la Premier League samedi en s'inclinant à Old Trafford contre Chelsea (1-2).

Le Bayern, quadruple champion d'Europe (1974, 75, 76, 2001), n'avait plus atteint les demi-finales depuis 2001, l'année de sa dernière victoire finale dans l'épreuve.

Louis van Gaal, l'entraîneur néerlandais du Bayern, qui a déjà remporté la C1 à la tête de l'Ajax Amsterdam, en 1995, a maté Alex Ferguson, pour qui il avait montré beaucoup de déférence lors de cette double confrontation entre géants d'Europe. Il est resté à l'écart à la fin du match, laissant ses joueurs aller recevoir l'ovation de leur 4000 supporteurs et de fêter l'exploit avec eux.

Lyon défait mais heureux

Lyon, malmené par une équipe de Bordeaux qui a repris goût à la victoire (1-0) sans parvenir à remonter son handicap de deux buts, s'est qualifié mercredi soir pour les demi-finales de la Ligue des Champions au terme d'un match retour beaucoup plus tactique qu'à aller. Sur l'expérience, il n'y avait pas photo et c'est finalement une certaine justice de voir le club de Jean-Michel Aulas atteindre enfin le dernier carré après dix ans de présence dans l'épreuve reine du football européen. Et pour cette première, ils retrouveront les Allemands du Bayern Munich, battus deux fois en poule cette saison par les Girondins, qu'ils connaissent par coeur pour les avoir croisés en 2001, 2003 et 2008.

Bordeaux, lui, sort grandi de sa campagne mais aussi rassuré par sa production après dix jours franchement inquiétants.

A quoi ça tient une qualification ? A pas grand chose, deux barres transversales, un penalty plutôt sévère concédé à Gerland et des parades de classe mondiale d'un Hugo Lloris, qui compte aujourd'hui parmi les plus grands à son poste et que la France peut se féliciter de posséder à deux mois du Mondial sud-africain.

Il était dit que ce premier quart franco-français de l'histoire se jouerait sur des détails. Et quand le capitaine bordelais Alou Diarra alluma cette reprise de volée venue d'ailleurs des 30 mètres sur la transversale de Lloris juste avant la pause, on pensait bien que ce ne serait pas le soir des miracles après celle trouvée par Wendel, déjà, à l'aller à Gerland.

Claquette majuscule de Lloris

On jouait la 44e minute et on sentait que les hommes de Laurent Blanc, qui avaient abordé ce retour fratricide en mode attentiste pour retrouver de la sérénité défensive, n'arriveraient pas à percer le bloc lyonnais, bien articulé autour d'un Cris de nouveau impérial dans les airs.

Car jusque-là, et à l'instar des Lyonnais, ils s'étaient surtout signalés sur coups de pied arrêtés, leur spécialité cette saison en C1, avec un Gourcuff un brin malheureux sur sa déviation de la tête sur une offrande de Wendel (18).

Gomis, la remplaçant de Lisandro à la pointe de l'attaque des Gones, n'avait pas eu plus de réussite au préalable sur deux têtes (13, 36) qui auraient pu enterrer définitivement les rêves d'exploit girondin.

Seulement, pour encore quelques semaines, Bordeaux possède dans sa manche Marouane Chamakh, combattant altruiste à ses débuts, devenu référence continentale et buteur cette saison.

A l'aller, il avait flambé, puis fait flamber Lloris. Mercredi, il a remis ça, à la conclusion d'une combinaison Jussiê-Trémoulinas, d'un centre de ce dernier vers Plasil pour le plat du pied de l'espoir juste avant la pause (1-0, 45).

De favori légitime au coup d'envoi, l'OL passait au rang de victime potentielle à la reprise, même si Gomis (46) puis Bastos (49) faillirent rapidement rétablir la hiérarchie initiale.

Pour mener à bien leur doux rêve, les Bordelais prirent le parti de la construction, alors que le temps jouait pour leurs adversaires, attendant le money-time pour frapper.

Sané, de la tête sur un corner de Gourcuff (80), manqua de combler Chaban-Delmas. Puis Wendel, de la tête également sur un centre de Chalmé (88), s'éleva pour un 2-0 presque implacable que Lloris sortit d'une claquette majuscule pour préserver la qualification des siens. (afp)

Manchester United - Bayern Munich 3-2 (3-1)

Old Trafford. 76 482 spectateurs. Arbitre: Rizzoli (It). Buts: 3e Gibson 1-0. 7e Nani 2-0. 41e Nani 3-0. 43e Olic 3-1. 74e Robben 3-2.

Manchester United: Van der Sar; Rafael, Ferdinand, Vidic, Evra; Fletcher, Carrick (80e Berbatov), Gibson (81e Giggs); Valencia, Nani; Rooney (55e O'Shea).

Bayern Munich: Butt; Lahm, van Buyten, Demichelis, Badstuber; Robben (76e Altintop), van Bommel, Schweinsteiger, Ribéry; Olic (84e Pranjic), Müller (46e Gomez).

Notes: ManU sans Owen (blessé). 50e expulsion de Rafael. 68e tête sur la transversale de Gomez. Avertissements: 18e Rafael, 28e Van Bommel, 54e Badstuber.

Bordeaux - Lyon 1-0 (1-0)

Chaban-Delmas. 32 000 spectateurs. Arbitre: Undiano Mallenco (Esp). But: 45e Chamakh 1-0.

Bordeaux: Carrasso; Sané, Ciani, Planus (85e Cavenaghi), Trémoulinas; Diarra (70e Chalmé), Plasil; Jussie (79e Gouffran), Gourcuff, Wendel; Chamakh.

Lyon: Lloris; Réveillère, Cris, Boumsong (76e Bodmer), Cissokho; Gonalons, Toulalan, Källström; Delgado, Gomis (66e Pjanic), Bastos (88e Ederson).

Note: Bordeaux au complet. Lyon sans Lisandro, Govou (suspendus), Clerc et Makoun (blessés). 44e tir sur la transversale de Diarra. Avertissements: 33e Cissokho. 67e Gonalons. 69e Toulalan. 78e Källström. 89e Delgado.

Ton opinion