Allemagne: Le Bayern champion pour la 5e fois consécutive
Actualisé

AllemagneLe Bayern champion pour la 5e fois consécutive

Le Bayern Munich a battu Wolfburg 6-0 pour la 31e journée de la Bundesliga, et se retrouve sacré champion d'Allemagne pour la 27e fois.

Robert Lewandowski (Bayern Munich) durant le match de ce samedi 29 avril 2017.

Robert Lewandowski (Bayern Munich) durant le match de ce samedi 29 avril 2017.

Keystone

Le Bayern Munich a été sacré champion d'Allemagne samedi pour la 27e fois, la cinquième consécutive, après sa victoire à Wolfburg 6-0 pour la 31e journée de la Bundesliga.

En parallèle, Dortmund (troisième avec 57 pts) n'a pas profité du nul de Leipzig (63pts) pour se rapprocher, puisque les hommes de Thomas Tuchel ont concédé un nul 0-0 à domicile, contre Cologne.

Aucune équipe n'avait jamais remporté la Bundesliga cinq fois de suite. Trois jours après son élimination en demi-finale de la Coupe d'Allemagne face au Borussia Dortmund, le Bayern a eu l'élégance de conclure en beauté.

Le «Rekordmeister» se succède à lui-même, avec 73 points, alors qu'il reste encore trois journées à disputer. Mais avec désormais 10 unités d'avance sur leur dauphin Leipzig (63 points), les Bavarois ne peuvent plus être rejoints.

Un coup-franc de David Alaba (19e) et un doublé de Robert Lewandowski (36e et 45e) devaient assurer le succès du Bayern avant la pause. Sans Diego Benaglio remplaçant, mais avec Ricardo Rodriguez titularisé en défense centrale pour la première fois depuis le 11 mars, Wolfsburg a concédé la défaite à domicile la plus lourde de son histoire en Bundesliga. Il fait désormais face à une véritable danger dans la lutte contre la relégation.

Petite saison, grands joueurs

Ce 27e titre intervient au terme d'une saison difficile, voire décevante pour la 1re de Carlo Ancelotti, où tout n'a pas marché comme prévu pour un club qui ambitionne chaque année de remporter tous les trophées, y compris la Ligue des champions. Tour d'horizon.

Les Tops:

. Lewandowski Le buteur polonais de 28 ans a été à la hauteur de son nouveau salaire, estimé à 15 millions d'euros annuels. A trois journées de la fin, il domine le classement des buteurs avec 28 réalisations en Bundesliga, et 41 toutes compétitions confondues. Sans lui, le Bayern n'est plus la même équipe, comme l'a démontré le match aller contre le Real Madrid en quart-de-finale de C1. Seul problème: personne ne peut le remplacer dans l'effectif en cas de blessure.

. Les «anciens» Les «papys» trentenaires ont été les piliers du club cette saison. Le départ du capitaine Philipp Lahm, qui prend à 33 ans sa retraite sportive, sera difficile à compenser, tant sur le terrain que dans le vestiaire. Quant au duo offensif Robben-Ribéry, 33 et 34 ans, il reste sans équivalent en Allemagne. Gros bémol cependant: les deux joueurs sont fragiles, et le Bayern n'est jamais sûr d'avoir les deux à 100% dans les grandes échéances. Si l'on ajoute Neuer (31 ans) et Arturo Vidal (29) ans, la moyenne d'âge des «indispensables» ne baisse pas beaucoup.

. Le retour de HoenessAprès presque deux ans de prison pour fraude fiscale, le charismatique Uli Hoeness a retrouvé en novembre son poste de président du Bayern. Grande gueule, mais sans égal pour flairer les bonnes affaires et attirer les meilleurs joueurs, il porte une vision qui sera sans doute plus que bienvenue pour donner une direction nouvelle après la saison en demi-teinte qui s'achève.

Les Flops:

. Les «jeunes prodiges» Les jeunes pousses du Bayern manquent de temps de jeu, et sans doute de confiance pour s'épanouir sous Ancelotti. Le Français Kingsley Coman, brillant la saison dernière, est passé totalement à côté cette année. Longtemps blessé, l'attaquant de 20 ans a fini relégué sur le banc. Renato Sanches, le Portugais de 19 ans acheté 35 millions d'euros, annoncé comme un petit prodige après son titre de meilleur espoir de l'Euro-2016, a été transparent. Il a peu joué (23 apparitions toutes compétitions confondues), et n'a jamais marqué le moindre but ni donné aucune passe décisive.

. Le cauchemar d'avril Une seule victoire en sept matches, et deux éliminations en coupe et en C1. Le Bayern s'est effondré au moment crucial, lors des grosses échéances d'avril qui déterminent la réussite ou l'échec d'une saison. Deux défaites contre le Real Madrid (1-2 et 2-4 a.p.) ont scellé son destin européen. En coupe, le Bayern a subi l'humiliation d'une élimination à domicile contre le grand rival Dortmund (2-3) en demi-finale. Les seules explications qu'ont trouvées les dirigeants sont les blessures de joueurs clés et les erreurs d'arbitrage, notamment contre le Real.

. Le cas Carlo L'arrivée de Carlo Ancelotti, l'entraîneur aux trois C1 (deux avec l'AC Milan, une avec le Real) est-elle un demi échec? Ou un demi succès? Pour l'heure, les joueurs disent apprécier leur coach, et les dirigeants du Bayern, Rummenigge et Hoeness notamment, lui maintiennent leur confiance. Mais la comparaison avec son prédécesseur Pep Guardiola est douloureuse: le Catalan avait quitté le club sur un doublé coupe/championnat et sur une demi-finale de C1. Et la presse a commencé à mettre en cause les qualités d'entraîneur de l'Italien. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion