Ligue des champions: Le Bayern Munich en finale
Actualisé

Ligue des championsLe Bayern Munich en finale

Après avoir battu Lyon, le Bayern Munich retrouvera la finale de la Ligue des champions pour la première fois depuis 2001.

Le Bayern disputera le 22 mai sa 8e finale en Ligue des champions.

Le Bayern disputera le 22 mai sa 8e finale en Ligue des champions.

Le club bavarois s'est qualifié avec la manière en s'imposant 3-0 à Lyon après avoir déjà gagné le match aller 1-0. Olic a concrétisé la nette domination des Allemands en signant un parfait hat trick (26e/67e/78e).

Supérieur dans tous les compartiments du jeu, le Bayern a confirmé sa grande aisance en déplacement cette saison en Europe, déjà observée notamment contre la Juventus et Manchester United. L'équipe de Van Gaal reste plus que jamais en course pour un fantastique triplé puisqu'elle occupe la tête de la Bundesliga et disputera aussi la finale de la Coupe d'Allemagne.

L'histoire s'est ainsi répétée: depuis 1986, l'équipe qui perd le match aller en demi-finale de la Ligue des champions se retrouve éliminée. La règle n'a connu qu'une exception, en 2007, quand Liverpool s'était qualifié aux tirs au but contre Chelsea (0-1, 1- 0). Mardi soir à Lyon, l'incertitude n'a pas eu le temps de s'installer, tant le Bayern a imposé sa suprématie implacable contre un Lyon inoffensif, privé de crocs.

Au coup d'envoi, l'OL présentait une équipe largement modifiée par rapport au match aller, avec quatre changements. Cette redistribution des cartes témoignait du mécontentement de Claude Puel après la performance en demi-teinte de ses hommes en Bavière. En comparaison, le onze initial du Bayern ne comptait que deux modifications.

Le Bayern dominateur

Coupable d'avoir déjà raté une superbe occasion à l'aller, le jeune Müller récidivait dès la 2e quand, seul à une dizaine de mètres du but sur un caviar d'Olic, il tirait à côté. Le Bayern se montrait d'emblée dominateur et incisif dans ses mouvements offensifs.

Lyon semblait craintif, émoussé, comme paralysé par l'enjeu. Les joueurs ne parvenaient pas à assurer leurs passes et à évoluer dans le camp allemand. La maîtrise appartenait aux visiteurs, plus tranchants dans les duels et cohérents dans leurs actions.

Le poison Olic

Cette supériorité manifeste finissait par payer: après un relai avec Robben, Müller trouvait Olic et le Croate enfumait Cissokho avant de battre Lloris (26e). La défense lyonnaise subissait un véritable supplice face à Olic, à l'abattage phénoménal.

Très bruyant avant le match, Gerland ne chantait plus. Et ce n'est pas l'incroyable raté de Bastos, seul au deuxième poteau après un centre de Makoun, qui redonnait du coeur à l'ouvrage au public sur la première occasion de l'OL (31e). Les Français rejoignaient les vestiaires la tête basse, conscients d'avoir besoin d'un miracle pour inverser la tendance.

Cris craque

Le scénario ne changeait guère après le repos, malgré l'entrée de Gomis en soutien théorique de Lisandro côté lyonnais. Les Allemands restaient dangereux, comme sur des essais de Schweinsteiger (53e) puis Robben (57e). Les minces espoirs français s'évanouissaient pour de bon à la 59e quand Cris écopait de deux cartons jaunes en l'espace de quelques secondes et laissait son équipe finir à dix.

En toute logique, les Bavarois enfonçaient le clou. Sur un service d'Altintop, Olic doublait la mise. Intenable, l'international croate y allait ensuite de son hat trick après un service parfait de Lahm.

Le Bayern Munich disputera donc le 22 mai à Madrid la 8e finale de Ligue des champions de sa prestigieuse histoire. Le club bavarois a inscrit son nom au palmarès en 1974, 1975, 1976 et 2001, perdant en finale en 1982, 1987 et 1999. (ats)

Ton opinion