Publié

FootballLe Beitar Jérusalem joue l’ouverture

N’en déplaise à ses ultras hostiles aux Arabes, un riche membre de la famille royale d’Abu Dhabi a acheté lundi près de la moitié des parts du club israélien.

par
Claude-Alain Zufferey
Le fils du Cheikh Hamad ben Khalifa al-Nahyane (à g.) représentera le club pour son père et le gérera en compagnie de Moshe Hogeg (à dr).

Cheikh Hamad ben Khalifa al-Nahyane a «acheté environ 50% des parts du Beitar en échange d’investissements de 300 millions de shekels (76 millions d’euros) dans le club au cours des 10 prochaines années», ont indiqué les parties dans un communiqué conjoint.

Selon ce partenariat avec Moshe Hogeg, propriétaire du club controversé, un fils de cheikh Hamad, membre de la famille royale d’Abu Dhabi, «représentera son père pour tout ce qui concerne le club».

«Nous marchons, tous ensemble, vers une nouvelle ère de coexistence, d’accomplissements et de fraternité.»

Moshe Hogeg, propriétaire du Beitar Jérusalem.

Abu Dhabi est la capitale et l’un des sept émirats de l’État des Émirats arabes unis, pays arabe du Golfe qui a signé en septembre un accord normalisant ses relations avec Israël.

«Nous marchons, tous ensemble, vers une nouvelle ère de coexistence, d’accomplissements et de fraternité et ce, non seulement pour notre club (…) mais pour l’ensemble du sport en Israël», a affirmé M. Hogeg, dont l’annonce semble marquer un nouveau tournant pour le Beitar.

Prise de distance avec «La Famillia»

Ce club de Jérusalem est connu pour les violences anti-Arabes de certains de ses supporters, qui ont déjà conspué les joueurs arabes des équipes adverses et proféré des insultes contre le prophète Mahomet.

KEYSTONE

Le club, héritier de la droite nationaliste israélienne, a pris ses distances ces dernières années avec le groupe d’ultras «La Familia» et s’est employé à changer son image, recevant en 2017 un prix pour sa lutte contre le racisme des mains du président Reuven Rivlin.

Fin octobre, le chef des partis arabes israéliens Ayman Odeh avait toutefois appelé YouTube à retirer une chanson «raciste» de supporters du Beitar contre le prophète Mahomet.

Vers la normalisation par le sport

Le partenariat entre le Beitar et des investisseurs d’Abu Dhabi s’inscrit dans la foulée des accords de normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël, signés en septembre dernier à Washington.

Dans la foulée de ces accords, la chaîne internationale i24News, établie dans la métropole israélienne Tel-Aviv, et le conglomérat Abu Dhabi Media, qui exploite notamment la chaîne Abu Dhabi Sports, ont par ailleurs annoncé lundi un «échange» de contenus entre leurs rédactions.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

nullissime

09.12.2020 à 19:13

Cette équipe ne devrait même pas exister!

Mohamed Gazouille

09.12.2020 à 17:42

Les riches toujours plus riche et les pauvres toujours plus pauvre Ce commentaire dit tout et il est pas Absurde