Le Bélarus paie une partie de sa facture à Gazprom
Actualisé

Le Bélarus paie une partie de sa facture à Gazprom

Moscou - Un accord trouvé vendredi après le paiement par le Bélarus d'une partie de sa facture de 456 millions de dollars (334 millions d'euros) au Russe Gazprom a permis de repousser provisoirement la menace d'une interruption dans l'approvisionnement en gaz naturel.

Les responsables bélarusses ont offert l'assurance que le restant de la facture serait prochainement transféré au monopole, mais les négociations se sont poursuivies et on ignorait si Minsk s'acquitterait de la totalité du montant avant l'expiration d'un nouveau délai fixé à la fin de la semaine prochaine.

Le porte-parole du monopole d'Etat russe Gazprom, Sergueï Kouprianov, a lancé un nouvel avertissement vendredi soir, déclarant à la radio l'Echo de Moscou que les fournitures de gaz seraient réduites de 30% si le Bélarus ne réunissait pas l'argent.

Mercredi, Gazprom avait menacé de réduire de 45% sa fourniture de gaz naturel au Bélarus à compter du 3 août à 10h, si Minsk ne réglait pas sa facture.

Des responsables russes et bélarusses ont négocié toute la nuit pour trouver un accord de dernière minute vendredi matin.

«Aujourd'hui, nous avons reçu un document de paiement, selon lequel le Bélarus a payé une partie significative de sa dette à Gazprom», a déclaré M. Kouprianov à la télévision, devant le siège du géant gazier à Moscou, en saluant les dispositions prises par Minsk «pour régler le problème de sa dette».

«Aujourd'hui, une décision a été prise de ne pas limiter les fournitures au Bélarus. Nous espérons la totalité du paiement dans un délai d'une semaine», a-t-il ajouté.

L'Europe semble considérer que la crise est finie: une réunion urgente de spécialistes du secteur du gaz des 27 Etats membres de l'UE prévue la semaine prochaine a été annulée.

Jeudi, la Commission européenne avait appelé Moscou et Minsk à «trouver rapidement un règlement à l'amiable (...) et en tout état de cause ne pas perturber, directement ou indirectement, l'approvisionnement en gaz aux Etats-membres de l'UE».

Plus d'un cinquième du gaz livré par la Russie à l'Europe transite par le Bélarus vers l'Allemagne, la Pologne, la Lituanie, l'Ukraine et l'enclave russe de Kaliningrad.

La mise en garde de Gazprom a rappelé le conflit avec l'Ukraine qui avait entraîné une perturbation des livraisons à l'Europe pendant quelques jours au début de l'année dernière, un important gazoduc transitant par l'Ukraine.

Gazprom fournit un quart de la consommation européenne en gaz naturel, et l'incident avait mis en évidence la dépendance de l'UE envers la Russie en matière d'énergie. (ap)

Ton opinion