Le bénéfice du doute pour Dorothée Fierz
Actualisé

Le bénéfice du doute pour Dorothée Fierz

L'ancienne conseillère d'Etat zurichoise Dorothée Fierz, accusée d'avoir violé le secret de fonction, a été acquittée au bénéfice du doute.

Trois cadres du département des travaux publics ont également été blanchis par manque de preuves. Tous seront dédommagés.

«In dubio pro reo» (le doute profite à l'accusé), a déclaré le juge unique du Tribunal de district de Zurich jeudi matin lors de l'annonce orale du jugement. L'argumentaire de l'accusation, qui réclamait des peines pécuniaires et des amendes contre Mme Fierz et trois des ses anciens cadres, n'a pas été suffisamment convaincante, a-t-il déclaré.

Le procureur se basait sur les accusations de l'ancien responsable de la communication de Dorothée Fierz, qui avait admis les faits et avait été condamné par ordonnance pénale à une amende et une peine pécuniaire. Fin avril 2006, cet homme a livré à deux journaux zurichois des documents confidentiels sur la réorganisation du département de Mme Fierz.

Déclarations contradictoires

Il a toutefois accusé l'ancienne magistrate et les trois cadres incriminés d'avoir cautionné la fuite. Une version des faits contestée par les quatre co-accusés, dont le procès s'est déroulé début décembre. «Aucune proposition concrète n'a été discutée et il n'y a eu aucun accord, pas même tacite», avait ainsi déclaré Dorothée Fierz.

Le juge a estimé que les dénégations des accusés étaient crédibles et ne résultaient pas d'un accord préalable. Les explications de l'ancien chef de la communication lui ont donné l'impression d'être au contraire «stéréotypées, construites et répétées», ce que le juge a lu comme «le signe de mensonges».

Dédommagement

Le juge conclut que la fameuse séance lotrs de laquelle la remise de la documentation a été abordée entre les cinq personnes a donné lieu à des «perceptions subjectives divergentes». Avoir des «doutes objectifs» sur le déroulement de cette réunion ne suffit pas pour un verdict de culpabilité, a dit le juge.

La radicale recevra un dédommagement de 29 574 francs, a décidé le Tribunal de district de Zurich. Les trois autres co-accusés ont droit à une indemnité de 33 000 francs chacun.

Le procureur Ulrich Weder a annoncé vouloir examiner les considérants en détail avant de décider d'un éventuel recours. Mme Fierz, absente jeudi matin, a appris le verdict avec grande satisfaction, a indiqué son avocat Lorenz Erni.

(ats)

Ton opinion