Afrique du Sud: Le bilan des inondations revu à la baisse après plusieurs autopsies

Publié

Afrique du SudLe bilan des inondations revu à la baisse après plusieurs autopsies

Parmi les centaines de corps retrouvés dans le sillage des fortes pluies qui ont frappé la région de Durban, certains présentaient des blessures par balles, a révélé la police jeudi. 

Un nombre indéterminé de personnes sont toujours portées disparues, selon les autorités.

Un nombre indéterminé de personnes sont toujours portées disparues, selon les autorités.

AFP

Les inondations catastrophiques en Afrique du Sud ont fait 435 morts, selon un bilan revu à la baisse jeudi après que des autopsies ont révélé que certaines personnes ont été tuées par balles, tandis que d’autres sont décédées naturellement, a indiqué la police.

«Liés à des meurtres»

«Le chiffre de 448 morts avait été avancé, mais il a été ramené à 435», a déclaré le ministre de la Police, Bheki Cele, lors d’une conférence de presse retransmise à la télévision. «Les résultats d’autopsies pratiquées sur quatre corps ont déterminé que les décès étaient liés à des meurtres car ils ont été trouvés avec des blessures par balles», a-t-il précisé. «Neuf autres personnes sont décédées de causes naturelles qui ne sont pas liées à la catastrophe».

Une semaine de fortes pluies a provoqué des inondations et des glissements de terrain meurtriers sur la côte est. La plupart des victimes ont été signalées dans la région de Durban, ville portuaire de 3,9 millions d’habitants, épicentre de la catastrophe dans le KwaZulu-Natal (KZN).

Vidéo: inondations meurtrières en Afrique du Sud 

Recherches en cours 

Un nombre indéterminé de personnes sont toujours portées disparues, selon les autorités. Les recherches se poursuivent; l’armée,  avec des hélicoptères,  ainsi que des équipes de la police aidées de chiens ont été déployées. L’ONG locale Gift of the Givers, présente sur place, a affirmé mardi à l’AFP avoir reçu des signalements pour plus de 230 disparitions.

Les intempéries ont aussi provoqué de vastes destructions, avec des routes et des ponts effondrés. Près de 4000 maisons ont été détruites, plus de 13’500 endommagées, et plus de 600 écoles ont été touchées. Dix jours après le début de la catastrophe, des habitants sont toujours sans accès à l’eau potable.

Confrontée à une catastrophe naturelle sans précédent, l’Afrique du Sud est généralement épargnée par les intempéries qui se forment au-dessus de l’océan Indien.

(AFP)

Ton opinion