Pakistan: Le bilan du séisme s'alourdit encore

Actualisé

PakistanLe bilan du séisme s'alourdit encore

Ce sont près de 350 personnes qui ont perdu la vie lors du séisme qui a frappé le Pakistan, mardi.

Près de 350 personnes sont mortes dans le puissant séisme qui a ravagé mardi une partie de la province pakistanaise du Baloutchistan (sud-ouest), ont indiqué jeudi les autorités dans un nouveau bilan encore provisoire. Le tremblement de terre était d'une magnitude de 7,7.

«Au moins 348 personnes sont mortes et 513 autres ont été blessées», a indiqué le chef de l'Autorité responsable de la gestion des catastrophes pour la province du Baloutchistan. Celle-ci forme 44% du territoire pakistanais, mais compte seulement 5% de la population.

Selon cette source, «dans le seul district d'Awaran [situé dans la province la plus pauvre du Pakistan] 305 personnes sont mortes» et 43 personnes auraient péri dans l'autre district le plus touché, celui de Kech.

Le Pakistan a déclaré l'état d'urgence dans les zones du Baloutchistan touchées par ce séisme, le plus meurtrier depuis celui qui avait ravagé le Cachemire (nord-est) en 2005. Le tremblement de terre avait fait au moins 73'000 morts et affecté des millions de personnes.

«Ile» de boue et de roches

L'armée pakistanaise a déployé des soldats et une centaine de médecins et infirmiers en renfort au Baloutchistan où les secouristes étaient toujours à la recherche de survivants dans les décombres.

De nombreux villages ont été complètement rasés par la secousse sismique. Les autorités tentaient toujours jeudi d'avoir accès à des petites localités isolées situées dans cette région aux infrastructures rudimentaires.

Le séisme a été ressenti jusqu'en Inde et en Iran, deux pays voisins du Pakistan. Il a également a créé une «île» de boue et de roches au large de Gwadar, port baloutche sur la mer d'Arabie, situé à environ 400 kilomètres au sud de l'épicentre. (ats/afp)

Secours visés

L'hélicoptère du chef des services d'urgence au Pakistan, qui survolait des régions touchées par un séisme meurtrier dans la province instable du Baloutchistan, a été visé jeudi par des tirs de roquettes qui ont raté leur cible, a indiqué l'armée.

Les tirs «visaient l'appareil transportant le président de l'Autorité pakistanaise de gestion des catastrophes Saeed Aleem et le général de division Samrez Salik, responsable des secours pour le tremblement de terre», a déclaré à l'AFP un responsable militaire.

«Toute le monde est sain et sauf», a ajouté ce responsable sous le couvert de l'anonymat. Les deux roquettes n'ont pas atteint l'appareil qui survolait le district baloutche d'Awaran, épicentre d'un séisme de magnitude de 7,7 ayant fait au moins 348 morts et plus de 500 blessés selon les autorités, a précisé une autre source militaire.

L'armée pakistanaise soupçonne les rebelles sécessionnistes du Front de libération du Baloutchistan (BLF) d'avoir tiré ces deux roquettes dans l'une des zones les plus dangereuses de la province. L'attaque n'avait toutefois pas été revendiquée jeudi en milieu de journée.

Différents groupes rebelles baloutches revendiquent l'indépendance de cette province, la plus pauvre du Pakistan, malgré ses gisements de cuivre, d'or, de zinc et de marbre, et ses importantes réserves de gaz naturel.

Le Baloutchistan, frontalier de l'Iran et de l'Afghanistan, est aussi un théâtre d'opération pour des groupes islamistes armés comme les talibans et le Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), un mouvement hostile à la minorité musulmane chiite.

Ton opinion