Attentat d'Alexandrie: Le bilan s'alourdit à 23 morts
Actualisé

Attentat d'AlexandrieLe bilan s'alourdit à 23 morts

Le bilan de l'attentat commis le soir du Nouvel An devant une église copte d'Alexandrie s'est alourdi à 23 morts.

L'explosion d'une bombe, probablement déclenchée par un kamikaze, a aussi fait une centaine de blessés, a rapporté mardi l'agence de presse égyptienne Mena.

Le dernier bilan parlait de 21 morts et 79 blessés. Les autorités n'ont livré pour l'heure aucun détail sur le mode opératoire de l'attentat. Mais les observateurs penchent pour l'oeuvre d'une cellule isolée plutôt que celle d'un groupe aux ramifications plus larges, comme lors de la vague d'attentats islamistes des années 1990.

Le milliardaire Naguib Sawiris, président d'Orascam Telecom, l'une des plus grandes compagnies cotées d'Egypte, a promis un million de livres égyptiennes (164'000 francs) en échange d'informations sur l'attentat, écrit mardi un journal égyptien.

Gouvernement critiqué

Des organisations égyptiennes de défense des droits de l'Homme ont vivement critiqué mardi la politique du pouvoir après l'attentat contre une église d'Alexandrie. Elles l'accusent de créer un «terrain fertile» pour ce genre de violence.

Alors que le pouvoir dénonce des «mains étrangères» derrière cet attentat, l'attaque «doit être traitée dans le contexte de l'escalade récente des tensions et des violences confessionnelles en Egypte», estiment dans un communiqué 12 ONG regroupées dans un Forum des organisations indépendantes égyptiennes pour les droits de l'Homme.

Pour illustrer la mauvaise gestion gouvernementale, le communiqué évoque la répression en novembre au Caire de manifestations de Coptes qui demandaient l'autorisation de construire une église. Des heurts avec la police avaient fait deux morts chez les manifestants.

L'attentat a provoqué un regain de colère et d'inquiétude parmi la communauté chrétienne copte d'Egypte, qui représente 6 à 10% d'une population en grande majorité musulmane sunnite. Les autorités évoquent la piste d'Al-Qaïda, mais le massacre n'a pas été revendiqué.

(ats)

Ton opinion