Actualisé 02.04.2013 à 10:56

RéussiteLe bon prénom pour un futur génie

Depuis quelques années, le sociologue français Baptiste Coulmont étudie la corrélation entre les prénoms et la réussite au baccalauréat.

de
dmz

Alienor, Louis, Priscilla ou encore Youssef, le prénom est-il lié aux performances scolaires? Si on en croit Baptiste Coulmont, auteur en 2011 d'une «Sociologie des prénoms», celui-ci aurait une influence sur la filière suivie et sur la mention obtenue en fin d'études.

Le chercheur a récupéré les résultats nominatifs des bacs généraux et techniques de 2012 et a ainsi pu définir que plus d'un quart des Madeleine, Irène, Côme ou Ariane ont obtenu la mention «très bien». Dans l'autre sens, aucun Youssef ou Nabil et seule une poignée d'Alison et de Sandy en ont fait de même.

De plus, Baptiste Coulmont a réussi à découvrir un lien entre le prénom et la filière suivie. Ainsi, une Marguerite ou une Judith a plus de chances de passer un Bac littéraire, alors qu'une Laurianne ou une Garance se retrouvera plutôt dans une formation économique et sociale. Chez les garçons, un Augustin ou un Michel sera plus facilement retrouvé en bac scientifique, alors qu'un Teddy ou un Yohan aura choisi la voie technique.

Ne pas oublier la provenance sociale

Cette étude, et son auteur ne manque pas de le mentionner, ne peut ignorer que le prénom est un reflet de l'origine socio-économique des personnes. Lors du choix de celui-ci, les parents revendiquent leur «ethnicité». La corrélation entre «classe sociale» et réussite scolaire est, elle, connue depuis longtemps. Le chercheur ne s'étonne donc pas de voir des prénoms d'origine anglo-saxonne ou arabe moins représentés dans les mentions élevées et plus nombreux dans les formations techniques.

Quelle mention ont reçu les jeunes français qui s'appellent comme vous?

Le site du sociologue vous propose de savoir si votre prénom a été plutôt moyen ou brillant au BAC 2012. Pour le savoir: cliquez ici.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!