Crise économique: Le boum du rouge à lèvres ne présage rien de bon

En temps de crise, les ventes sont en hausse: un phénomène que les spécialistes caractérisent d’indice du rouge à lèvres.

En temps de crise, les ventes sont en hausse: un phénomène que les spécialistes caractérisent d’indice du rouge à lèvres.

Pexels/Cottonbro Studio
Publié

Crise économiqueLe boum du rouge à lèvres ne présage rien de bon

Avez-vous déjà entendu parler de l’indice du rouge à lèvres? Les chiffres relatifs aux ventes de ce produit cosmétique phare en disent long sur la situation économique actuelle.

par
Malin Mueller

Primes d'assurance maladie, électricité, gaz, denrées alimentaires: actuellement, les prix augmentent dans tous les secteurs, obligeant de nombreux Suisses à se serrer la ceinture. On peut penser que les chiffres relatifs aux ventes de produits qui ne sont pas de première nécessité sont les premiers à baisser. Or, il n’en est rien. En effet, il y a un produit qui n’a que faire des temps de crise et dont la vente bat tous les records: le rouge à lèvres. D’où le phénomène appelé «indice du rouge à lèvres».

C’est quoi, l’indice du rouge à lèvres?

Le «lipstick index» (indice du rouge à lèvres) est un terme que l’on doit au milliardaire américain Leonard Lauder, fils d’Estée Lauder. Au lendemain des attentats terroristes du 11 septembre 2001, celui qui était CEO du groupe de cosmétiques a constaté une subite – et non des moindres – augmentation des ventes de rouges à lèvres, d’où son nom.

Les ventes de rouges à lèvres augmentent tout particulièrement en période de crise et de difficultés économiques.

Les ventes de rouges à lèvres augmentent tout particulièrement en période de crise et de difficultés économiques.

Pexels/Tima Miroshnichenko

Cela laisse entendre que le manque d’argent pour se payer des voyages, des vêtements ou des voitures de luxe est compensé par l’achat d’un produit plus petit. Le rouge à lèvres est un produit de luxe qui se voit, sans pour autant que son achat fasse un trou dans le budget. Interviewé au téléjournal allemand, Jörg Funder, professeur à l'Université de Worms, explique que «l'effet rouge à lèvres incarne, aujourd'hui, le fait que les gens ont envie de se faire plaisir même en situation de crise». Il a donc valeur de récompense et aide à conserver un peu de normalité face au chaos. Il n’est donc pas surprenant qu’il ait de nouveau le vent en poupe actuellement.

Le rouge à lèvres en guise de boule de cristal?

Chez nos voisins allemands, les ventes de produits cosmétiques tels que les rouges à lèvres, le maquillage et les vernis à ongles ont augmenté de près de 16% entre 2021 et 2022, contre moins de 1% pour les produits de soin et de nettoyage. Selon l'institut d'études de marché GfK, environ huit millions de personnes ont acheté un rouge à lèvres en Allemagne l'année dernière, soit deux millions de plus qu'en 2021.

Des données provenant des États-Unis montrent également que les ventes de produits pour les lèvres ont augmenté de 28% au deuxième trimestre 2022 par rapport à l'année précédente. Les gloss, baumes et crayons sont donc la catégorie de maquillage qui connaît la plus forte croissance. Même lorsque la guerre d'Ukraine a éclaté, les ventes ne se sont pas effondrées. C’est à se demander si une augmentation des ventes de rouge à lèvres ne laisse pas prévoir un temps de crise.

L’indice du rouge à lèvres ne peut pas servir à prévoir des crises.

L’indice du rouge à lèvres ne peut pas servir à prévoir des crises.

Pexels/Cottonbro Studio

Or, ce n'est pas le cas. La hausse intervient toujours après le commencement de la crise. Dans le cas de la pandémie du coronavirus, les lèvres étaient cachées derrière des masques pendant plus d'un an avant d’être de nouveau dévoilées. Plutôt qu’un indicateur de temps de crise, le rouge à lèvres est peut-être simplement la preuve qu'un peu de normalité permet de garder la tête froide quand les temps se font durs.

Ton opinion

0 commentaires