Diamants volés: Le braqueur se vantait de son coup en public
Actualisé

Diamants volésLe braqueur se vantait de son coup en public

Le voile se lève petit à petit sur les raisons qui ont mené un avocat et un homme d'affaires genevois à être prévenus de recel dans l'affaire du vol de diamants de Bruxelles.

Le Ministère public genevois tente de faire la lumière sur le degré d'implication des deux Genevois arrêtés mardi, dans le cadre du vaste coup de filet faisant suite au vol de diamants sur le tarmac de l'aéroport de Bruxelles en février. Que savaient-ils de Marc B., leur connaissance française qui a participé au braquage, et qui a confié un sac plein de pierres brutes à l'un des deux prévenus genevois?

Selon «Le Temps», Marc B. est un homme peu discret, qui n'a jamais hésité à se vanter de son forfait en présence de l'homme d'affaires et de l'avocat installés au bout du lac, lors d'une rencontre dans un établissement public de la place. Un coup à 50 millions de dollars. Lorsqu'il a été arrêté mardi à Metz, le braqueur aurait même demandé à l'avocat genevois d'assurer sa défense. L'homme de loi aurait refusé.

Entendus pendant la semaine par les enquêteurs et le parquet, les deux citoyens suisses ont été mis en prévention pour recel et entrave à l'action pénale. L'avocat, qui dort à Champ-Dollon depuis dimanche, verra sa demande de libération étudiée ce vendredi.

(20 minutes)

Ton opinion