Neuchâtel: Le bras-de-fer se poursuit entre Genolier et l'Etat
Actualisé

NeuchâtelLe bras-de-fer se poursuit entre Genolier et l'Etat

Le groupe de cliniques privées s'estime lésé par la nouvelle planification hospitalière du canton de Neuchâtel.

L'hôpital de La Providence à Neuchâtel.

L'hôpital de La Providence à Neuchâtel.

L'épreuve de force entre Genolier et le Conseil d'Etat neuchâtelois à propos de la liste hospitalière se poursuit. GSMN Neuchâtel a annoncé lundi avoir fait recours contre cette planification hospitalière qu'il juge inacceptable.

Président du conseil d'administration de Genolier Swiss Medical Network (GSMN), Raymond Loretan a dit tout le mal qu'il pensait de la liste hospitalière qui doit entrer en vigueur en janvier 2016. «Elle porte atteinte à l'un des principes fondamentaux en limitant le libre choix du médecin pour les patients».

Le groupe de cliniques privées Genolier, propriétaire de l'hôpital de La Providence à Neuchâtel et de la clinique Montbrillant à La Chaux-de-Fonds, estime que la planification arrêtée par le Conseil d'Etat privilégie l'Hôpital neuchâtelois (HNE) en y centralisant les missions de soins stationnaires facturables à la LAMal.

Acteurs privés de la santé

«Il s'agit d'un fondement idéologique qui veut que le privé reste résiduel», a dénoncé Raymond Loretan. Pour le président du conseil d'administration de GSMN, l'actuelle liste hospitalière signifie la réduction d'activités de cet acteur privé. Elle favoriserait aussi l'exode du personnel et alourdirait les finances publiques.

«Nous sommes obligés de déposer ce recours pour préserver nos droits même si nous privilégions la voie du dialogue», a souligné Antoine Hubert, administrateur de GSMN. Le groupe de cliniques, qui n'a obtenu aucun domaine de mandats supplémentaire dans la liste hospitalière neuchâteloise, ne demande pas d'effet suspensif.

CCT Santé 21

Le principal obstacle qui empêche GSMN Neuchâtel de décrocher de nouvelles activités médicales est sa non-adhésion à la convention collective de travail Santé 21 (CCT Santé 21). «On prend comme prétexte la CCT 21 pour nous écarter», a analysé Antoine Hubert. Pour GSMN, il est exclu de signer l'actuelle version du document.

«Nous sommes prêts à adhérer à une CCT qui entre dans une réalité du marché», a expliqué Antoine Hubert. «Il faut une refonte drastique de la CCT et non pas un simple lifting esthétique», a-t-ajouté. Pour cette raison, GSMN souhaite être associé aux négociations pour renouveler la convention collective de travail.

Négociations indispensables

GSMN Neuchâtel est opposé aux conditions de la CCT Santé 21 sur de nombreux points. Il cite notamment le nombre de jours fériés, la compensation en cas de maladie, la gestion du temps de travail ou la durée des vacances. «Les conditions de la CCT Santé 21 sont la cause principale de l'inefficience des établissements qui y sont soumis», a ajouté M. Hubert.

Cet acteur privé de la santé s'est toutefois réjoui des efforts du Conseil d'Etat pour qu'il participe activement aux négociations sur la CCT Santé 21 avec les syndicats. Il espère aussi que des partenariats puissent se construire avec HNE. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion