Coupe des Confédérations: Le Brésil élimine l'Uruguay
Actualisé

Coupe des ConfédérationsLe Brésil élimine l'Uruguay

En demi-finale de la Coupe des Confédérations, la Seleçao a remporté le duel sud-américain. Elle affrontera en finale le vainqueur du match Espagne - Italie.

Le Brésil s'est qualifié pour la finale, mercredi.

Le Brésil s'est qualifié pour la finale, mercredi.

Le Brésil sera bien exact au rendez-vous dimanche de la finale de la Coupe des Confédérations. A Belo Horizonte, le Brésil s'est imposé 2-1 devant l'Uruguay.

Dimanche, la sélection de Luiz Felipe Scolari affrontera le vainqueur de la rencontre qui opposera l'Espagne à l'Italie à Fortaleza. Une finale qu'elle n'abordera pas dans la peau du grand favori dans la mesure où elle a énormément souffert dans cette demi-finale qui s'est jouée à la 86e minute.

Sur un corner botté par Neymar, Paulinho s'élevait au second poteau pour placer une reprise de la tête gagnante. Et libérer ainsi tout un pays, qui avait de bonnes raisons de redouter les prolongations. Même s'ils devaient quelque peu lâcher prise en fin de match sur le plan physique, les Uruguayens furent dangereux à tout moment, avec il est vrai un trio d'attaque composé de Suarez, Cavani et Forlan qui fait toujours autant rêver. Avant la tête de Paulinho, Cavani n'avait-il pas «enrhumé» toute la défense brésilienne pour voir sa frappe passer à quelques centimètres du poteau gauche de Julio Cesar?

Egalisation méritée

A la pause, l'Uruguay ne méritait ainsi pas d'être mené. Piégés à la 41e par une réussite de Fred à la conclusion d'une action de Neymar, les Champions d'AMSUD en titre avaient galvaudé deux occasions en or de prendre les commandes du match. Forlan ratait ainsi au quart d'heure un penalty accordé pour une faute de David Luiz sur Lugano. Julio Cesar partait du bon côté pour stopper l'envoi de l'attaquant, qui jouait ensuite de malchance avec une frappe qui frôlait la transversale.

Trois minutes après la reprise, l'Uruguay était cette fois récompensé de ses efforts avec l'égalisation de Cavani. «El Matador» exploitait les incroyables largesses de la défense brésilienne pour tromper Julio Cesar. Sur cette action, David Luiz et le capitaine Thiago Silva devaient commettre tour à tour une bourde indigne de leur talent.

Ton opinion