Coupe des Confédérations: Le Brésil en démonstration face à l'Espagne
Actualisé

Coupe des ConfédérationsLe Brésil en démonstration face à l'Espagne

La Roja a été submergée par une vague auriverde, dimanche soir à Rio de Janeiro. Le Brésil, emmené par un Neymar intenable, s'est imposé 3-0.

Poussé par tout un peuple, le Brésil a su trouver la faille d'emblée, puisque Fred, pourtant à terre, ouvrait le score après moins de deux minutes. D'une frappe somptueuse dans la lucarne après un service d'Oscar, Neymar doublait la mise juste avant le repos. Le break était définitif dès la reprise avec une nouvelle réussite de Fred, sa cinquième du tournoi, après une passe de Hulk, déjà à l'origine de l'ouverture du score.

Les Brésiliens ont livré une performance impressionnante sur tous les plans. Sous la direction du duo Luiz Gustavo - Paulinho, ils ont considérablement perturbé la jouerie de leurs adversaires en exerçant un pressing intense sur le porteur du ballon, très haut dans le terrain. Xavi et Iniesta, en particulier, ont été harcelés en permanence, parfois de manière très musclée, et ils n'ont pas pu peser sur la rencontre comme à leur habitude.

Les hommes de Luiz Felipe Scolari ont bénéficié de nombreuses occasions dès la première mi-temps, lançant des attaques très rapides sous l'impulsion notamment de Neymar, qui faisait passer une soirée très difficile à Arbeloa, qui allait être logiquement remplacé à la pause. Oscar (8e), Paulinho (13e) et Fred (32e) auraient d'ailleurs pu traduire plus rapidement la domination des quintuples champions du monde.

En face, les Espagnols n'ont été que rarement dangereux. D'abord sur une frappe lointaine d'Iniesta (20e), puis surtout sur une action Torres - Mata conclue par Pedro et sauvée sur la ligne par David Luiz (41e), dont tout le Maracana scandait alors le nom. La Roja a aussi manqué un penalty à la 55e, quand l'envoi de Sergio Ramos passait à côté de la cage de Julio Cesar. En fin de rencontre, le portier brésilien s'interposait avec brio sur des essais de Pedro puis Villa.

Rien n'a donc fonctionné pour la sélection championne du monde et d'Europe, qui a subi une défaite qui pourrait faire date. Vicente Del Bosque a d'ailleurs effectué trois changements avant même l'heure de jeu, en vain. L'Espagne a perdu pour la première fois en match officiel depuis le match contre la Suisse au premier tour de de la Coupe du monde 2010.

Vainqueur pour la quatrième fois de la Coupe des Confédérations, le Brésil s'est replacé, et de quelle manière, dans le cercle des favoris de la prochaine Coupe du monde. Et son joyau Neymar a aussi marqué les esprits en réalisant un tournoi de haute volée qui a enfin justifié sa réputation. Sa future association avec Messi au FC Barcelone fait déjà saliver... Neymar a aussi provoqué l'expulsion de son futur coéquipier Piqué (68e), ce qui ne devrait pas manquer de faire parler à la reprise de l'entraînement dans le club catalan.

Brésil - Espagne 3-0 (2-0) Maracana.

73'581 spectateurs. Arbitre: Kuipers (PB). Buts: 2e Fred 1-0. 44e Neymar 2-0. 47e Fred 3-0.

Brésil: Julio César; Dani Alves, Thiago Silva, David Luiz, Marcelo; Paulinho (88e Hernanes), Luiz Gustavo; Hulk (73e Jadson), Oscar, Neymar; Fred (80e Jô).

Espagne: Casillas; Arbeloa (46e Azpilicueta), Piqué, Sergio Ramos, Jordi Alba; Busquets, Xavi, Iniesta; Pedro, Torres (59e Villa), Mata (52e Jesus Navas).

Notes: 55e, Sergio Ramos manque un penalty. 68e, expulsion de Piqué (faute de dernier recours). (ats)

Heurts

Des heurts ont éclaté dimanche soir entre policiers et manifestants près du stade Maracana de Rio, une quinzaine de minutes avant la finale Brésil-Espagne de la Coupe des Confédérations, a constaté une journaliste de l'AFP.

Un groupe de manifestants a tenté de forcer le dernier barrage des forces de l'ordre à 500 m du stade de football en jetant des pierres sur les policiers qui ont répondu par des tirs de gaz lacrymogène.

Un doublé pour Fred

Un doublé pour Fred

Le Brésil a marqué les esprits à un an de son Mondial en remportant la Coupe des Confédérations pour le troisième fois d'affilée grâce à sa facile victoire 3 à 0 sur l'Espagne, championne du monde en titre, en finale, dimanche au stade Maracana de Rio de Janeiro.

Un doublé de Fred (2e et 47e) et un but du jeune prodige Neymar (44e) ont permis aux Brésiliens de conforter leur statut de favori pour le Mondial et de stopper la série record d'invincibilité de l'Espagne (29 matches de compétition), qui n'a toujours pas réussi à remporter la Coupe des Confédérations.

«Je ne peux me sentir mieux».

«Tout résultat positif était déjà merveilleux, avec 3-0 encore mieux, et la performance était importante pour qu'on puisse continuer à rêver d'être champion du monde. explique le sélectionneur du Brésil, Luiz Felipe Scolari. Au delà de nos qualités, les supporters, le peuple a été la clef, il est important que cette union, cet esprit se poursuive. Le président (de la Confédération brésilienne) Marin, le staff, les joueurs remercient la population et les supporters pour ce qu'ils ont fait. On n'est pas encore une équipe assez complète pour dire qu'on est une des meilleures équipes du monde. Aujourd'hui, nous commençons le chemin pour avoir une équipe en 2014 qui puisse rivaliser avec les meilleurs».

Ton opinion