Football: Le Brexit n’épargnera pas les clubs anglais
Publié

FootballLe Brexit n’épargnera pas les clubs anglais

Si l’Union européenne et l’Angleterre ont trouvé un terrain d’entente pour leur séparation, les clubs de l’île verront leurs possibilités de recrutement réduites.

par
Thibaud Oberli
Paul Pogba et Ole Gunnar Solskjaer n’auraient pas pu être engagés par Manchester United après le Brexit.

Paul Pogba et Ole Gunnar Solskjaer n’auraient pas pu être engagés par Manchester United après le Brexit.

KEYSTONE

Le divorce est acté, mais il aura aussi des conséquences sur le monde du sport. En choisissant de faire bande à part, l’Angleterre a modifié toutes les politiques qu’elle entretient avec le continent. Le football n’y échappera pas. Un choix qui va réduire la marge de manœuvre des clubs anglais dans le recrutement des jeunes talents européens selon le média espagnol AS.

Changement du droit du travail

À partir du 1er janvier, les prétendants européens au championnat anglais seront logés à la même enseigne que les joueurs internationaux. Cette sortie de l’Union européenne rime aussi avec la fin des exceptions aux règles de la FIFA pour le recrutement des mineurs. Pour décrocher un permis de travail outre-Manche, un système de points, distribués en fonction du nombre de sélection disputées, du pays d’origine ou du niveau auquel ils évoluaient précédemment, sera mis en place. C’est sur cette base que le Governing Body Endorsment (GBE), l’organe en charge de délivrer les permis de travail, pourra définir si un joueur est éligible à évoluer en Angleterre ou non. Des règles qui s’appliqueront aussi aux entraîneurs.

Une conséquence prévisible est que les écuries anglaises auront maintenant plus de difficultés pour s’attacher les services des jeunes pépites européennes. Ces dernières n’ayant pas encore fait leurs preuves, il leur sera impossible de répondre aux critères du GBE. Les parcours de Paul Pogba, parti à 16 ans à Manchester United, ou encore de Cesc Fabregas, au même âge à Arsenal, ne devraient plus être possibles avec cette nouvelle législation. De même que la nomination d’Ole Gunnar Sloskjaer à la tête de Manchester United. Les travailleurs concernés auront la possibilité de faire appel et d’obtenir une exemption, mais cette procédure s’annonce compliquée.

Perte de compétitivité?

Selon le PDG de la Premier League, Richard Masters: «continuer à être en mesure de recruter les meilleurs joueurs maintiendra la compétitivité de la Premier League et la solution doit passer par notre philosophie de développement de joueurs étrangers talentueux avec la promotion des meilleurs acteurs locaux.» Une chose est sûre: les pratiques devront être adaptées pour maintenir le football anglais au sommet du football mondial.

Les clubs, prétérités par ce changement politique, ne devraient pas tarder à chercher des parades. Plusieurs observateurs soulignent l’existence de liens entre certains clubs, voire de réseaux d’équipes qui pourraient être activés pour continuer à former des joueurs, tout en remplissant progressivement les conditions pour les transférer en Angleterre dès que ce sera possible. On peut citer notamment le City Football Group (CFG), réseau satellite autour de Manchester City qui compte des tentacules en Europe (Espagne, France, Belgique notamment). Un phénomène qui va peut-être se renforcer ces prochaines années pour contourner ce changement de législation.

Ton opinion

31 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Dann

27.12.2020, 17:49

Ils montvulu le Brexkt Ils l'ont voulu le Brexit, donc faut pas pleurer désormais.

Jean

27.12.2020, 17:27

Ca vient de la presse espagnol... Comment dire, moins fiable ca n'existe pas.

Quellebetisecetarticle

27.12.2020, 16:09

Oh mon dieu, ils devront investir dans la formation de leurs enfants et ne pas les exposer à une concurrence prédatrice... Quelle horreur, vous n'y pensez pas ! investir sur le futur de ses propres enfants... j'en frémis.