France: Le «Bristol» décroche sa troisième étoile au Guide Michelin
Actualisé

FranceLe «Bristol» décroche sa troisième étoile au Guide Michelin

Pour sa centième édition et sa cuvée 2009, le guide Michelin a accordé cette prestigieuse distinction au restaurant du palace parisien «Le Bristol», situé à deux pas du palais de l'Elysée

«La Maison de Bricourt» à Cancale (Ille-et-Vilaine) a, quant à elle, perdu la sienne après la décision du chef, Olivier Roellinger, de fermer son établissement.

Lors d'une conférence de presse de présentation du nouveau guide au musée d'Orsay à Paris, Jean-François Mesplède, directeur du «Michelin France», a précisé que si 26 restaurants trois étoiles figurent cette année dans le célèbre «petit guide rouge», il n'y en a en fait plus que 25, Marc Veyrat ayant en effet annoncé son intention de fermer son établissement à Veyrier-du-Lac (Haute-Savoie) «pour raisons de santé», huit jours avant le bouclage de la nouvelle édition.

Le 24 février dernier, Veyrat, trois étoiles au Michelin et 20/20 au Gault et Millau, avait précisé qu'il cessait son activité dans son restaurant «La Maison de Marc Veyrat» sur les berges du lac d'Annecy. Agé de 58 ans, le cuisinier au chapeau noir, connu pour sa cuisine audacieuse relevée d'herbes de montagne, invoquait des problèmes de santé après un grave accident de ski en 2006 pour justifier sa décision.

Olivier Roellinger, le chef de «La Maison de Bricourt» à Cancale (Ille-et-Vilaine), est le seul à perdre sa troisième étoile qu'il avait acquise en 2006, également parce qu'il a fermé en décembre son restaurant «pour raison de santé», a précisé à l'Associated Press Jean-François Mesplède.

Le chef breton, l'une des stars de la haute cuisine française, a justifié sa décision par la fatigue accumulée depuis un quart de siècle, l'épreuve représentée par les deux services quotidiens, et les visites des inspecteurs. Il avait ouvert «La Maison de Bricourt», dans sa demeure familiale, en 1982.

Le palace parisien «Le Bristol», connu pour être régulièrement fréquenté par Nicolas Sarkozy, est le seul à gagner une troisième étoile. Dans le menu de saison, sur la carte du chef, Eric Frechon, on trouve notamment un «turbot sauvage en croûte de sel aux algues, charlotte cuite au jus de bigorneaux», un «rognon de veau vivement sauté aux graines de moutarde, zita farcie champignons de Paris», ou encore, en dessert, des «marrons d'Aubenas glacés en filaments fondants, poire et cassis écrasés».

Au total, 3.531 restaurants figurent dans l'édition 2009, dont 548 étoilés. Le guide recense 26 lauréats de trois étoiles, dont un nouveau, 73 deux étoiles, dont neuf nouveaux, et 449 une étoile, dont 63 nouveaux. «L'Espadon», le restaurant du «Ritz» dont le chef est Michel Roth, fait partie des établissements qui obtiennent une deuxième étoile.

Le guide Michelin France 2009, qui sera dans les librairies à partir de jeudi, est disponible en deux versions: le guide avec une couverture collector «Centième édition» (24 euros) et un coffret (34,50 euros) comprenant une édition numérotée du guide, ainsi qu'un ouvrage inédit sur tous le restaurants trois étoiles du millésime 2009 dans le monde. (ap)

Ton opinion