Actualisé

NeuchâtelLe budget 2010 prévoit un déficit de 34 millions

Le projet de budget 2010 de l'Etat de Neuchâtel affiche un déficit de 34,3 millions de francs.

La crise économique a contraint le Conseil d'Etat à faire face à la fois à la baisse attendue des recettes fiscales et à l'augmentation des charges d'aide matérielle.

Le déficit prévu de 34,3 millions de francs représente 1,98% du total des revenus s'élevant à 1,855 milliard de francs, a indiqué lundi le conseiller d'Etat Jean Studer, lors d'une conférence de presse. La présentation du budget 2010 s'est déroulée en présence du Conseil d'Etat in corpore.

Le montant du déficit se situe à la limite maximale de 2% des revenus, comme le prescrit le mécanisme de frein à l'endettement. Selon Jean Studer, tous les départements de l'administration ont dû envisager des économies. Le budget 2010 a été le plus difficile à élaborer de ces dernières années.

Les prévisions de revenu de l'impôt sur les sociétés ont été revues à la baisse à 67 millions de francs. Ce montant représente une dégradation de 56 millions (46%) par rapport au budget 2009. Malgré les revenus en diminution, les charges d'aide matérielle ont été augmentées de 31% à 80,7 millions de francs dans le budget 2010.

Pouvoir d'achat protégé

Celui-ci reflète la volonté du Conseil d'Etat de ne pas porter atteinte au pouvoir d'achat des personnes défavorisées. Le subventionnement de l'assurance-maladie a été augmenté de 4,5 millions de francs et les charges d'aide matérielle propement dite de 19,2 millions.

Le budget 2010 inclut des mesures provisoire de blocage des salaires dans la fonction publique. En outre, le régime d'attribution des subventions a été remanié. Le Conseil d'Etat envisage cependant durant la législature une réforme plus drastique de ce secteur, dont dépendent les institutions paraétatiques.

Investissements

D'un montant de 64,7 millions de francs, le budget des investissements affiche un degré d'autofinancement de 70,1%. Récurrent, le faible niveau des investissements ne permet même pas d'assurer l'entretien du parc immobilier et du réseau routier, a relevé le conseiller d'Etat Claude Nicati.

Le projet de budget 2010 sera soumis au Grand Conseil lors de la session de décembre. Il est difficile de prévoir comment va réagir un parlement à majorité de gauche face aux propositions financières concoctées par un gouvernement à majorité de droite. De surcroît, le budget inclut des reports de charge sur les communes.

Programme de législature

Le programme de législature 2009-2013 sera soumis aux députés en même temps que le budget. Selon Jean Studer, le gouvernement prévoit d'instaurer des réformes structurelles de fond, touchant notamment au régime des subventions, pour restaurer l'équilibre des finances cantonales.

Le budget 2010 va aggraver la dette cantonale de 57,4 millions à 1,3 milliard de francs. Sur la réduction de 500 millions de la dette au cours de la précédente législature, 400 millions provenaient de la part neuchâteloise à l'or de la BNS. Cent millions sont imputables aux mesures de restructuration.

Economies évaporées

Le budget 2010 va absorber la moitié des économies de fonctionnement de 100 millions, a ajouté le directeur des finances cantonales. Selon lui, seules des réformes structurelles encore plus poussées peuvent aider le canton à retrouver la marge de manoeuvre qui lui fait défaut pour financer des projets d'avenir.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!