Actualisé 03.12.2014 à 17:09

Canton de Vaud

Le budget 2015 adopté sans sourciller

Le Grand Conseil vaudois a adopté mercredi, en premier débat, le projet de budget 2015 du canton.

Les députés vaudois n'ont pour ainsi dire rien changé aux propositions du gouvernement qui ont permis de dégager un excédent de 26 millions de francs, pour un total de charges dépassant les 9,2 milliards de francs. Entamée la veille, la discussion sur le budget a été réglée en un temps quasi record. Après avoir vanté un neuvième exercice bénéficiaire consécutif, les députés ont passé en revue chaque département et chaque unité budgétaire, sans que cela suscite de vrais débats.

Culture et radars

Parmi les rares discussions, il y a eu en premier lieu celle lancée par la présidente de l'UDC-Vaud. Fabienne Despot a mis en garde contre l'augmentation «exponentielle» du budget de la culture. Elle n'a toutefois pas déposé d'amendement en fin de compte, affirmant que «les dés étaient faussés» dans ces discussions.

Sur un autre sujet, la députée a obtenu davantage d'écho. Elle a demandé de supprimer 90'000 francs, soit un radar mobile supplémentaire du budget alloué à la police cantonale, dans le département de la sécurité de Béatrice Métraux. La tendance est à considérer les automobilistes comme «des criminels» et l'accroissement des mesures de surveillance doit être ralentie, a-t-elle plaidé.

La gauche a qualifié l'amendement de «populiste» et affirmé la nécessité de faire respecter les lois sans état d'âme. Les contrevenants doivent être repérés et sanctionnés. Béatrice Métraux a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un nouveau radar, mais d'un exemplaire de remplacement dont le coût ne s'élève qu'à 50'000 francs.

Pour la conseillère d'Etat, la politique de prévention en matière de circulation et de radar a en outre largement fait ses preuves. La forte diminution du nombre de morts est là pour le démontrer, a-t-elle argumenté.

Débattre autrement sur la question

Malgré ces tendances positives, le député PLR Philippe Vuillemin a demandé que soit mené une fois un débat pédagogique sur l'utilisation des radars. Il ne sert à rien de prendre les gens «pour des imbéciles» lorsque l'on voit comment sont implantés certains appareils dont l'utilité ne peut être que de remplir les caisses publiques et non pas de prévenir des accidents.

Au vote nominal, les députés ont refusé l'amendement de Fabienne Despot par 59 voix contre 50 et 11 abstentions. La plupart des autres interventions et requêtes sont venues de l'extrême gauche qui demandait davantage d'argent et de postes pour le social, ou concernaient les requérants d'asile. Elles ont toutes été balayées.

Contre la désinformation

Attaqué la veille, le président du gouvernement Pierre-Yves Maillard a répondu à Jean-Michel Dolivo. Il a accusé le député de La Gauche de mener «une entreprise de désinformation» sur l'engagement du gouvernement de gauche en matière sociale et de systématiquement «minimiser» les progrès accomplis.

Mercredi après-midi, La Gauche a formulé à nouveau des demandes, en particulier sur le personnel aux impôts et sur la justice de paix qui «n'en peut plus», selon la députée Christiane Jaquet-Berger. Là aussi, le plénum a rejeté les requêtes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!