12.10.2016 à 22:11

Venezuela

Le budget sera validé sans passer par les élus

Le président Maduro va faire approuver le budget 2017 par la justice. L'opposition, majoritaire au Parlement, est en colère.

1 / 148
Keystone
Keystone
Keystone

Le président du Venezuela Nicolas Maduro fera approuver vendredi le budget 2017 par la justice, sans l'aval des députés, grâce à une décision du Tribunal suprême (TSJ) immédiatement contestée par l'opposition de centre droit, majoritaire au Parlement.

«Le budget national devra être présenté par le président de la République devant la chambre constitutionnelle (du TSJ), sous la forme d'un décret qui aura rang et force de loi», selon cette décision de la plus haute autorité judiciaire du pays publiée mercredi.

Le TSJ, accusé depuis des mois par l'opposition de faire le jeu de Nicolas Maduro, a justifié sa décision par «l'objectif de maintenir le fonctionnement de l'Etat, la garantie des droits fondamentaux et l'ordre constitutionnel» dans un contexte de guerre de pouvoirs entre le gouvernement socialiste et le Parlement.

Maduro dit vouloir garantir les droits du peuple

Dès l'après-midi, dans un discours prononcé à Caracas face à ses partisans, le président Maduro a annoncé qu'il ferait approuver le budget ce vendredi: «j'approuverai par décret-loi et je remettrai au Tribunal suprême le budget de 2017 pour garantir les droits du peuple».

«L'Assemblée nationale est en infraction, hors la loi, en insurrection. J'ai consulté le TSJ sur ce que je devais faire comme chef de l'Etat, car le budget doit être approuvé», a-t-il dit. «Le TSJ a pris une décision et je suis obligé de la respecter», a conclu le dirigeant socialiste.

La coalition de la MUD (Table pour l'unité démocratique) a immédiatement réagi en affirmant que cette procédure était contraire à la Constitution.

Bataille institutionnelle

José Guerra, président de la commission des Finances de l'Assemblée, a ainsi lancé un appel pour «alerter toutes les banques du Venezuela et étrangères qu'elles devront s'abstenir d'apporter tout financement à un gouvernement qui est dans l'illégalité».

L'autorité judiciaire a bloqué tous les projets de loi du Parlement depuis qu'il a basculé dans l'opposition en janvier, mettant fin à 17 ans d'hégémonie chaviste (du nom du défunt ex-président Hugo Chavez, 1999-2013).

Cette bataille institutionnelle survient à un moment de tensions politiques, la MUD cherchant à provoquer le départ anticipé par référendum de Nicolas Maduro, élu en 2013 et jusqu'en 2019.

Dans ce cadre, l'opposition tentera du 26 au 28 octobre de réunir quatre millions de signatures, dernière étape nécessaire pour pouvoir convoquer le référendum.

Méfiance des marchés

La décision du TSJ de faire approuver le budget sans le feu vert des députés «génère toujours plus de méfiance envers le Venezuela», a réagi l'analyste économique Jesus Casique. «Ce sera mal vu par les marchés et cela va affecter le niveau de risque pays du Venezuela, qui est l'un des plus élevés au monde.»

Même s'il dispose des plus importantes réserves de pétrole au monde, le pays sud-américain est en plein naufrage économique, pénalisé par la chute des cours du brut, et le Fonds monétaire international (FMI) pronostique pour cette année une chute du PIB de 10% et une inflation de 475%. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!