Allemagne: Le Bundestag approuve l'aide à Chypre
Actualisé

AllemagneLe Bundestag approuve l'aide à Chypre

Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a incité les députés à voter «oui».

Les députés allemands du Bundestag ont approuvé jeudi l'aide internationale à Chypre, à une large majorité, comme tous les plans d'aide précédents aux pays en crise de la zone euro.

Sur les 601 députés présents, 486 ont voté en faveur de l'aide à Chypre, a annoncé le vice-président du Bundestag, Wolfgang Thierse.

Deux des trois partis d'opposition, le SPD (social-démocrate) et les Verts, ont apporté leurs voix à la majorité conservatrice-libérale d'Angela Merkel, comme ils l'avaient déjà fait pour la plupart des votes précédents.

Pas une approbation

Il s'agissait du douzième vote des élus allemands en matière de sauvetage de la zone euro depuis mai 2010, après les feux verts donnés pour les aides accordées à la Grèce, à l'Irlande, au Portugal ainsi qu'aux banques espagnoles, et pour la mise sur pied des différents mécanismes de sauvetage de l'union monétaire.

«Nous allons approuver ce programme mais ne vous méprenez pas», a toutefois prévenu le chef du groupe parlementaire SPD Frank-Walter Steinmeier dans l'hémicycle à l'attention de M. Schäuble et de Mme Merkel, «ce n'est pas une approbation de votre manière de gérer la crise».

Dans d'autres pays de la zone euro un vote du parlement est encore nécessaire pour pouvoir libérer l'aide à Chypre, ainsi en Finlande ou encore en Autriche. M. Schäuble a déclaré jeudi tabler sur le versement d'une première tranche à Nicosie le mois prochain.

Les députés allemands ont également approuvé un allongement de la durée des prêts à l'Irlande et au Portugal, M. Schäuble citant «les énormes efforts» consentis par ces deux pays, et qui commencent à porter leurs fruits, selon lui.

Préavis

Avant le vote au Bundestag, le ministre des Finances avait appelé les députés à approuver l'aide à Chypre. L'exemple des autres pays de la zone euro bénéficiant de tels programmes atteste selon lui de leur bien-fondé.

«Les programmes d'aide mènent au succès, les développements constatés jusqu'à présent le montrent», a déclaré M. Schäuble dans un discours devant le parlement avant le vote des députés.

Le grand argentier d'Angela Merkel a mis en avant la hausse des exportations de certains pays du Sud de l'Europe dont la Grèce, la réduction de moitié en moyenne des déficits publics en Europe ces trois dernières années, des perspectives économiques qui selon lui s'éclaircissent. «Pour l'an prochain, le rebond est attendu dans tous les pays», a-t-il dit.

«Nous avons bien avancé dans le combat contre la crise de la dette en Europe», a-t-il également estimé, notant que «l'incertitude et la nervosité» sur les marchés étaient encore là, mais «nettement moins qu'il y a deux ou trois ans».

Eviter de nouveaux problèmes

Il s'agit maintenant d'aider Chypre, certes un «relativement petit pays», mais qui pourrait déstabiliser toute la zone euro et réduire à néant les efforts déployés jusqu'ici, selon lui. «Nous voulons et nous devons éviter que les problèmes de Chypre deviennent de nouveaux problèmes pour la zone euro», a-t-il dit.

Les partenaires européens de Nicosie et le Fonds monétaire international (FMI) vont accorder jusqu'à 10 milliards d'euros de crédits au pays, qui s'est engagé en contrepartie à des réformes structurelles et une cure d'amaigrissement drastique de son secteur bancaire hypertrophié. L'aide à Chypre, sous forme de crédits, coûtera un peu moins de trois milliards d'euros à l'Allemagne. (ats)

Ton opinion