Actualisé 16.10.2008 à 08:14

Sush (GR)Le burnout, une maladie et une affaire de gros sous

L'offre pour soigner les épuisements au travail explose. Une clinique réservée à ce fléau est en projet.

Est-ce un «burnout»? Les syndromes du «burnout» peuvent se manifester de plusieurs manière. En voici quelques-unes.

Le burnout est tellement répandu que l'on commence à parler de «virus». Et le marché lié à l'épuisement au travail est en plein boom. Cela va du service de consulting en passant par les start-up et les coachs.

Mercredi 15 octobre encore la société Clinica Holistica Engiadina annonçait la création d'une clinique consacrée au burn-out à Sush (GR), une première en Suisse, selon elle. L'idée est de transformer un ancien hôtel en établissement spécialisé de 45 chambres: 8 millions investis, trente emplois prévus, ouverture dans un an. Actuellement, il n'existe pas d'accueil spécifique pour le burnout: «Les hôpitaux psychiatriques peuvent accueillir tous les troubles», affirme la doctresse Tercier, de l'Institut psychiatrique du Valais romand.

Le burnout toucherait un travailleur sur cinq en Suisse, cadres comme employés, dans toutes les branches. Le phénomène a pris une ampleur telle que le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) s'en est alerté en 2006 et a commandé une étude. Qui a révélé que le burnout coûtait chaque année 4,2 milliards de francs (tendance croissante). Les entreprises

commencent à prendre conscience du mal, même s'il est encore tabou parce que remettant en cause leur fonctionnement.

Elisabeth Foster/ats

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!