Bébé avec des aiguilles: «Le but était de tuer l'enfant» avoue le beau-père
Actualisé

Bébé avec des aiguilles«Le but était de tuer l'enfant» avoue le beau-père

Le beau-père du petit garçon de deux ans victime d'un rituel de magie noire dans le nord-est du Brésil a raconté à la télévision que son intention était bien «de tuer l'enfant» en lui introduisant des dizaines d'aiguilles dans le corps.

«Les aiguilles allaient cheminer dans son corps, allaient le tuer», a déclaré avec froideur Roberto Carlos Magalhaes, un aide maçon, depuis sa prison, dimanche soir à la chaîne Globo.

Il n'a plus de fièvre

Lundi, l'enfant était toujours hospitalisé dans un état stable à Salvador de Bahia après avoir été opéré vendredi avec succès pour retirer des aiguilles proches du coeur et des poumons.

Le dernier bulletin médical diffusé dimanche soir indique que l'enfant n'a plus de fièvre et que d'ici à mercredi les médecins décideront s'il doit être opéré à nouveau pour retirer d'autres aiguilles se trouvant dans l'abdomen, la vessie et les intestins.

«J'en ai mis plus de dix»

«Cela a été une idée folle. Je mettais du vin dans l'eau bénite et je lui faisais boire. Il buvait et s'évanouissait. Alors j'enfonçais les aiguilles. Il y a des fois où j'en ai mis plus de dix», a précisé le beau-père du garçonnet, arrêté mercredi dernier par la police et écroué.

Il a confirmé qu'il voulait tuer l'enfant pour se venger de sa femme, la mère de l'enfant, selon un rituel macabre soufflé par sa maîtresse et une autre femme dénommée Bia, se disant «Mae de Santo», prêtresse d'un culte afro-brésilien, et qui, selon lui, préparait les potions pour endormir l'enfant.

Querelles de couple

Toutes deux ont été écrouées de façon préventive mais nient avoir participé aux tortures.

«Ma femme et moi nous disputions tout le temps. On restait de quinze à vingt jours sans se parler. Alors est venue l'idée de tuer l'enfant», a dit Magalhaes.

Il a précisé que les séances de torture avaient lieu chez sa maitresse qui tenait l'enfant pendant qu'on lui introduisait les aiguilles dans le corps.

La police brésilienne enquêtait lundi sur un autre cas similaire d'enfant retrouvé avec des aiguilles dans le corps dans l'Etat du Maranhao (nord-est), selon le site G1 de Globo.

La police a commencé à interroger lundi les parents de l'enfant qui nient être responsables, mais la garde leur a été retirée. En août dernier, les médecins avaient découvert après une radio que l'enfant, âgé de deux ans également, avait sept aiguilles dans le ventre. Deux ont déjà été retirées. (afp)

Ton opinion