Lausanne: Le câble lausannois part seul dans la télé numérique

Actualisé

LausanneLe câble lausannois part seul dans la télé numérique

Les Services industriels songent à de nouveaux services sur le câble, tels que la vidéo à la demande.

par
Joël Burri

La Ville compte poursuivre le développement de services numériques sur son téléréseau. Dans un préavis municipal envoyé aux conseillers communaux, il est fait mention de projets allant de la multiplication des chaînes offertes en haute qualité à l'élaboration d'une offre de télévision personnalisée. Ce projet ouvrirait ainsi la porte à un service de vidéo à la demande qui serait proposé à d'autres téléréseaux.

Dans cette optique, les autorités proposent au Conseil communal de se séparer de l'une des deux sociétés qui injectent leur signal dans le câble lausannois et de renforcer sa position dans l'autre. La Ville séparerait ainsi ses activés de celles de l'opérateur privé Cablecom.

Depuis 1999, deux sociétés coexistaient en ville: DigiTV (promis à Cablecom) pour le numérique et Boisy TV pour la «vieille» télé analogique. Boisy TV devait, à terme, disparaître. Mais au nom du service public, elle s'est mise, dès 2006, à également proposer des programmes numériques. Elle a parié sur la TNT, la technologie qui s'est finalement imposée. C'est notamment la TNT qu'utilise la TSR pour la diffusion hertzienne de ses programmes.

La Ville entend ainsi proposer à ses clients une offre numérique, sans les obliger à louer un décodeur spécifique. Le préavis se veut rassurant pour les actuels clients lausannois de Cablecom: les deux offres continueront à coexister «durant une phase de transition.»

Mardi, personne à la Ville n'était joignable pour dire quand ces clients seraient contraints d'investir dans la TNT.

Deux offres numériques

La technologie numérique permet d’offrir plus de chaînes, et d’une meilleure qualité. Pour en profiter, il suffit de brancher un décodeur. Cablecom offre

90 chaînes sans abonnement payant. Mais la technologie de l’opérateur impose d’utiliser son boîtier (dès 150 fr. ou loué 6 fr. par mois). La Ville offre depuis 2006 un bouquet qui compte aujourd’hui 110 chaînes. Il suffit d’utiliser un décodeur TNT (dès 100 fr.) ou une TV moderne.

Ton opinion