Actualisé 04.03.2013 à 18:07

Intiative MinderLe calendrier est encore flou

Le Conseil fédéral est chargé de rédiger, d'ici un an, une ordonnance provisoire réglant l'application de l'initiative contre les salaires abusifs.

L'initiative a été approuvée mais son application mettra un peu de temps à être mise en place.

L'initiative a été approuvée mais son application mettra un peu de temps à être mise en place.

La rédaction de l'ordonnance a été confiée à l'Office fédéral de la justice. Interrogé lundi par l'ats, son porte-parole n'a pas été en mesure de donner davantage d'informations sur le calendrier. L'ordonnance demeurera valable jusqu'à ce que le Parlement légifère sur la question.

Les points qui doivent être pris en compte par la future loi ont fait l'objet de débats tendus entre partisans et opposants bien avant le scrutin de dimanche sur les rémunérations abusives. Dans une interview accordée au quotidien «Le Temps», l'administrateur indépendant et expert en gouvernance des entreprises Dominique Freymond estime que la mise en oeuvre de l'initiative est un «casse-tête» qui pourrait prendre «entre trois et cinq ans».

economiesuisse regrette la discrétion des partis bourgeois

Economiesuisse désamorce les critiques sur sa campagne après le succès de l'initiative contre les salaires abusifs qu'elle combattait. Selon son directeur Pascal Gentinetta, economiesuisse essuie les plâtres parce qu'elle s'est retrouvée en première ligne sans l'avoir cherché.

«Ce n'est pas nous qui avons cherché à nous mettre sous les feux de la rampe», déclare M.Gentinetta, contacté lundi par l'ats. Et le directeur de constater que son organisation s'est retrouvée contre son gré dans la position de Goliath contre David.

«Je constate simplement que les ténors des partis bourgeois ont été moins visibles que dans d'autres campagnes de votations. Par leur absence, notre campagne s'est retrouvée au centre de toutes les discussions», a-t-il précisé à l'ats.

La faîtière de l'économie n'en a pourtant pas fait plus que d'habitude. «Nous avons réalisé le même travail que lors d'autres votations. Il en est de même du budget, dont le montant - entre 5 et 8 millions, répète M.Gentinetta qui précise que les comptes de campagne sont en cours de bouclement - est comparable à ceux d'autres campagnes telles que celle contre l'initiative de l'ASIN, le texte fiscal du PS ou en faveur des bilatérales.

«Notre engagement financier était alors aussi substantiel, voire plus élevé, que contre l'initiative de Thomas Minder. Mais personne ne s'en est offusqué», affirme Pascal Gentinetta.

Le PLR écarte les reproches

Le PLR n'accepte pas ce constat. Lorsque M.Gentinetta critique les partis bourgeois, ces reproches ne s'adressent pas au PLR, écrit le Parti libéral-radical dans sa réponse à l'ats. Et sa porte-parole Aurélie Haenni de préciser que, «selon presque tous les sondages, nous sommes le seul parti bourgeois dont la base a tenu le cap durant l'entier de la campagne».

Le PLR souligne que ses parlementaires nationaux se sont déplacés pour défendre le contre-projet indirect dans pratiquement toutes les assemblées cantonales et dans de nombreuses sections. «Les rares fois où economiesuisse a fait appel à nous, nous leur avons fourni des orateurs», insiste le PLR pour prouver qu'«il n'y a aucune absence d'engagement» de sa part.

Alors que le PDC n'a pu être contacté, l'UDC a pour sa part estimé qu'economiesuisse doit tirer les enseignements de la campagne. «Il s'agit de garder les pieds sur terre, en utilisant un langage suffisamment clair pour que le message soit compris des citoyens», a dit à l'ats le président du groupe parlementaire UDC Adrian Amstutz.

Pas porter le chapeau

Refusant de faire porter à la seule economiesuisse le poids de la défaite, son directeur Pascal Gentinetta écarte aussi toute contestation interne. Du moins pas sur la campagne contre cette initiative. Il n'y a pas, selon lui, d'opposition entre PME et grands groupes au sein d'economiesuisse sur cette question.

La décision de combattre le texte de Thomas Minder a été prise à l'unanimité de toutes les instances représentant un large panel de toutes les branches et Chambres de commerce cantonales. Mais l'opinion publique était fortement cristallisée, à 75-80% pour l'initiative. «Nous sommes partis au combat sachant que nous avions très peu de chances de gagner», relativise le directeur d'economiesuisse.

Economie pas divisée

Comme après chaque campagne, qu'on gagne ou qu'on perde, on procédera à une auto-critique, a précisé M.Gentinetta qui souligne que la situation de départ était très défavorable. Sur cette base, on tirera les enseignements nécessaires aux prochaines votations. Les milieux économiques ne se sont pas divisés après cette défaite.

Si economiesuisse n'apparaîtra pas en première ligne de la prochaine campagne contre l'initiative sur les salaires des Jeunesses socialistes, dite 1:12, ce n'est pas par défiance ou sanction, mais en fonction d'une répartition des tâches entre elle-même et l'Union patronale suisse. Selon un accord, cette dernière prend en charge les sujets concernant les assurances sociales et le marché du travail. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!