Baltimore: Le calme est revenu après les émeutes
Actualisé

BaltimoreLe calme est revenu après les émeutes

La garde nationale et des milliers de policiers ont été rappelés en renfort et un couvre-feu nocturne imposé à Baltimore pour ramener le calme mardi après une explosion de violence.

1 / 46
08.09 La famille de Freddie Gray, le jeune homme mort après son arrestation en avril à Baltimore, va recevoir 6,4 millions de dollars des autorités de la ville.

08.09 La famille de Freddie Gray, le jeune homme mort après son arrestation en avril à Baltimore, va recevoir 6,4 millions de dollars des autorités de la ville.

08.07 Le chef de la police de Baltimore, Anthony Batts (photo), a été licencié avec effet immédiat et remplacé temporairement par son adjoint, a annoncé la maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake.

08.07 Le chef de la police de Baltimore, Anthony Batts (photo), a été licencié avec effet immédiat et remplacé temporairement par son adjoint, a annoncé la maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake.

AP/Patrick Semansky
08.05.15. La procureure générale a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale à l'encontre de la police de Baltimore.

08.05.15. La procureure générale a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale à l'encontre de la police de Baltimore.

Reuters/jim Bourg

La ville semble avoir retrouvé le calme dans la nuit après quelques incidents sporadiques, ont annoncé les autorités. «La grande majorité de la ville est en train de se calmer lentement mais sûrement, à part quelques incendies de voitures et de feux de rue», a déclaré à la presse le chef de la police de Baltimore, Anthony Batts, peu avant minuit (06h00 suisses).

A la fin des funérailles de Freddy Gray, des bandes de jeunes, essentiellement des lycéens qui venaient de sortir de l'école, ont pris à partie la police en lançant briques, cailloux, bâtons et bouteilles. Plusieurs supermarchés ont été pillés et incendiés tout comme des voitures, y compris des véhicules de police.

Débordées

Face à des forces de l'ordre débordées, les autorités ont appelé en renfort des milliers de policiers de la région et des soldats de la garde nationale du Maryland. La maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake, a instauré un couvre-feu à partir de mardi 22h00 usqu'à 05h00 du matin, tous les jours et pour une semaine.

Une partie des soldats était déjà en ville dans la nuit de lundi à mardi, a précisé le chef de la police. Ces renforts doivent servir essentiellement à monter la garde dans les zones sécurisées par la police de la ville.

Les violences, circonscrites dans un quartier du nord-ouest de la ville, ont fait 15 blessés parmi les policiers, dont deux ont dû être hospitalisés, et mené à 27 arrestations, selon le chef de la police. «Ils vont tous se remettre mais ils ont été sérieusement blessés par les projectiles», a-t-il souligné. Plusieurs reporters ont également été attaqués et se sont fait voler du matériel.

Des émeutes similaires avaient éclaté l'été dernier à Ferguson (Missouri), après la mort d'un jeune Noir non armé, tué par un policier blanc. D'autres incidents de même nature ont relancé le débat du racisme au sein de la police.

Série des bavures

Freddie Gray est décédé le 19 avril des suites d'une fracture des vertèbres cervicales une semaine après son interpellation à Baltimore, qui compte plusieurs quartiers sensibles. Ce décès est le dernier d'une série de bavures policières qui ont ravivé les tensions entre la communauté noire et les forces de l'ordre.

La violence à Baltimore lundi soir contrastait avec le calme et la dignité de la cérémonie en hommage à Freddie Gray. Quelque 3000 personnes, famille, amis et anonymes, tous Noirs, avaient rendu dans le calme un hommage mêlé de prières et de militantisme au jeune homme, qui reposait dans un cercueil blanc ouvert, entouré de gerbes de fleurs blanches dans l'église baptiste New Shiloh.

Depuis l'annonce de la mort du jeune Noir, des manifestations ont lieu quotidiennement à Baltimore. Celle qui a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche avait déjà dégénéré en violences.

Plusieurs enquêtes ont été lancées pour élucider les circonstances des blessures de Freddie Gray, sans conclusions. La police de Baltimore a toutefois convenu que le jeune homme aurait dû recevoir une assistance médicale après son arrestation. Six policiers ont été suspendus. (ats)

Ton opinion