Coupe du monde: match nul pour Cameroun – Serbie (3-3)

Actualisé

Qatar 2022Le Cameroun se déchire en interne mais contraint la Serbie au nul

Les Serbes, adversaires de la Suisse vendredi au Mondial de football 2022 au Qatar, ont gâché tant et plus contre des Camerounais tourmentés et sauvés par Vincent Aboubakar. 3-3, score final d’un match étonnant.

par
Florian Vaney
(Doha)
Vincent Aboubakar aux prises avec Stefan Mitrovic.

Vincent Aboubakar aux prises avec Stefan Mitrovic.

Getty Images

La tanière n’est pas sortie indemne de la défaite contre la Suisse. Le petit nom donné aux affaires internes des Lions indomptables a laissé apparaître son côté sombre, entre guerre des clans présumée et suprématie contestée du mâle alpha. Un seul revers a suffi à faire tomber son fin masque d’espoir. Le Cameroun se déchire en interne. Même s’il s’est admirablement arrangé pour que cela ne se voit pas trop sur le terrain lundi, ces problèmes-là finissent toujours par apparaître, d’une façon ou d’une autre.

Le dernier épisode en date d’une saga qui laisse soupçonner des bagarres entre membres du clan camerounais et le renvoi au pays de certaines personnalités de la Fédération est tombée à quelques minutes du match face à la Serbie: André Onona, numéro 1 et réputé gardien de l’Inter, ne gardera pas la cage des Lions. Il serait question d’un désaccord avec le sélectionneur Rigobert Song quant à son style de jeu. Le genre de décision qui braque les projecteurs sur Samuel Eto’o, président de la Fecafoot qu’on dit volontiers tireur de ficelles en coulisse.

Les Camerounais sont apparus largement fragilisés d’entrée de jeu. Si loin au marquage, notamment, par rapport à ce qu’ils avaient montré face à la Suisse. Sans un Aleksandar Mitrovic tantôt malchanceux (poteau), tantôt maladroit (raté monumental à cinq mètres), l’affaire aurait pu être quasiment réglée en quelques minutes.

Deux buts dans les arrêts de jeu

Est alors né un match particulièrement étonnant. Les hommes de Rigobert Song ont pris les devants sur corner, ouvrant la voie à un remède pour leurs tourments.

Sauf que le remède allait avec ses effets secondaires: le Cameroun a plongé de toute part dès la fin de la première mi-temps. Dans un bain d’émotions soudain positives pour elle, la Serbie a enfin lancé son tournoi.

Plutôt trois fois qu’une, lorsqu’Aleksandar Mitovic a inscrit le 3-1 à la 53e déjà.

Fin de l’histoire? Ceux qui ont goûté avant la compétition à l’expertise de Raoul Savoy, sélectionneur suisse de la Centrafrique, savent que non. En se projetant deux fois dans le dos de la défense, Vincent Aboubakar («un attaquant de grandes compétitions», dixit le technicien vaudois) a fait tourner une nouvelle fois la partie. En deux minutes et en sortant du banc.

Un but, un assist: le buteur, qui évolue à Al-Nassr en Arabie saoudite, a changé la face de ce groupe en rétablissant la parité (3-3, score final).

Les deux équipes n’ont plus leur destin en main. Mais toutes deux peuvent encore se qualifier en remportant leur dernier match. La Suisse ne s’attendait pas à autre chose: la Serbie sera particulièrement dangereuse vendredi.

Cameroun - Serbie 3-3 (1-2)

Stade Al Janoub, 39’789 spectateurs. Arbitre: Mohammed Abdulla (UAE).

Buts: 29e Castelletto 1-0; 45e+1 Pavlovic 1-1; 45e+3 S. Milinkovic-Savic 1-2; 53e A. Mitrovic 1-3; 64e Aboubakar 2-3; 66e Choupo-Moting 3-3.

Cameroun: Epassy; Faï, Castelletto, Nkoulou, Tolo; Kunde (68e Ondua), Zombo Anguissa (81e Oum Gouet), Hongla (55e Aboubakar); Mbeumo (81e Nkoudou), Choupo-Moting, Toko Ekambi (68e Bassogog). Entraîneur: Rigobert Song.

Serbie: V. Milinkovic-Savic; Milenkovic, Veljkovic (80e Babic), Pavlovic (56e S. Mitrovic); Zivkovic (80e Radonjic), Lukic, Maksimovic, Kostic; Tadic, A. Mitrovic, S. Milinkovic-Savic (78e Grujic). Entraîneur: Dragan Stojkovic.

Avertissements: Nkoulou (24e), Bassogog (30e), Jovic (45e), Milenkovic (93e).

Ton opinion

61 commentaires