23.09.2020 à 07:58

VaudLe camp «Koh-Lanta» de l’école entraîne une cascade de cas de Covid

Une quinzaine d’élèves ont été testés positifs après un camp en montagne d’une semaine dans des conditions d’hygiène désastreuses. Les parents d’élèves sont outrés.

von
Abdoulaye Penda Ndiaye
Image d’illustration

Image d’illustration

ATS/Keystone

«Des parents avaient émis des doutes sur la pertinence de ce camp dans le contexte sanitaire actuel. L’école a répondu qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Finalement, c’est la cata…» Patrick* fait partie des parents d’élèves d’une école de l’Ouest lausannois en colère après le séjour à Ovronnaz (VS), au début du mois, de deux classes d’élèves âgés entre 15 et 16 ans. Selon nos renseignements, à la fin de ce camp de cinq jours en montagne inspiré de l’émission «Koh-Lanta», les cas de coronavirus ont explosé. «Il y a une quinzaine de positifs parmi les élèves et les enseignants», poursuit Patrick.

«Une seule gourde car il fallait économiser l’eau»

Cette expédition aux conditions spartiates, à l’organisation martiale et à l’hygiène calamiteuse en a estomaqué plus d’un. D’après nos informations, les jeunes ont été privés de douche plusieurs jours d’affilée. «Les enfants ont séjourné dans des chalets sans douche! Par temps de crise sanitaire, c’est irresponsable», s’indigne Nathalie*, maman d’un ado. Toutefois, les filles qui avaient leurs règles ont eu droit à une toilette intime. «Un jour, on ne pouvait remplir qu’une gourde car il fallait économiser l’eau. Il faisait chaud. Des élèves ont passé leurs gourdes à ceux qui avaient trop soif», dénonce une ado.

«J’ai la rage contre la direction et les profs. Ils auraient mieux fait de ne rien faire. Si je suis positive, c’est à cause d’eux»

Une élève de l’école

Francine*, dont la fille a contracté le virus, s’offusque surtout des répercussions socioprofessionnelles de cette sortie sur la vie des familles. «Tous les parents et les proches des enfants positifs sont en quarantaine. C’est un désastre», s’emporte-t-elle. Certains expriment leur frustration sur les réseaux sociaux. «Ils sont angoissés. Et le silence de l’école ne rassure pas», constate la présidente de l’association des parents d’élèves.

Selon nos informations, tous les camps et les journées de marche de l’établissement ont été suspendus sine die.

*Prénoms d’emprunt

Lieux incompatibles avec les normes sanitaires

Par l’intermédiaire du porte-parole du Département de la formation, la directrice de l’établissement a réagi aux critiques: «Il y avait un peu plus de 50 kilomètres de marche prévus en cinq jours. Une séance d’information a eu lieu pour tous les parents. On pouvait aussi refuser d’y aller. Mais personne ne l’a fait car personne n’était inquiet.» Seulement voilà: s’ils savaient que ces jeunes de 15-16 ans devaient marcher avec un sac à dos de 8 kg à 2500 m d’altitude, les parents d’élèves étaient loin de se douter de l’absence d’hygiène. Encore moins que leurs enfants seraient rationnés jusqu’à la quantité d’eau qu’ils pouvaient boire. Même si des normes sanitaires strictes étaient censées être appliquées lors de ce «Koh-Lanta» à la montagne, les autorités scolaires admettent que «l’infrastructure des cabanes et la promiscuité des lieux rendent leur application très compliquée». Selon le porte-parole Julien Schekter, «il est très probable que, dans les prochains jours, les cabanes de montagne ne soient plus autorisées comme hébergements concernant les camps».

«Durant deux nuits, nous étions deux par lit»

Même si la responsable de l’école affirme de manière catégorique qu’il y avait «un lit par élève» tout au long du camp, deux collégiens infirment ses propos. «Il y a eu deux nuits où nous étions deux par lit. Sinon, pour tout le reste, nous avons dormi sur des matelas par terre, collés les uns contre les autres», ont-ils indiqué. De l’avis général, ce «Koh-Lanta» a laissé un goût amer aux parents et aux adolescents.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
464 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Tadio

24.09.2020 à 21:09

Y’a pas mort d’homme à priori _ maintenant ils sont immunisés

Muveran

24.09.2020 à 17:20

le tour du Grand Muveran à première vue... Kohlanta?? et oui si les parents s'intéressaient vraiment au truc... il n'y a pas de douches dans les cabanes et pas d'eau courante non plus.... fallait prendre plus de gourdes.. maintenant c'est sûr que faire dormir des gosses dans des dortoirs c'était probablement pas l'idée du siècle

2025

24.09.2020 à 17:10

pourtant va falloir vous y remettre à la marche à pied si vous voulez plus de voiture en 2025...